Quai de Port Lewis: toujours de l’opposition malgré la signature de cession du droit d’usufruit

Quai de Port Lewis: toujours de l’opposition malgré la signature de cession du droit d’usufruit
(Photo : (Photo - https://www.change.org/p/citoyens-et-citoyennes-de-la-mrc-du-haut-st-laurent-quai-et-descente-de-bateau-de-port-lewis-non-%C3%A0-la-privatisation?recruiter=1164784138&recruited_by_id=b22f4260-2956-11eb-991b-b1d7c72eb0bd&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=petition_dashboard))

Godmanchester et Saint-Anicet ont ajouté leur voix à celles des trois autres municipalités du Haut Saint-Laurent qui s’opposent à la cession du quai Port Lewis. Ce qui n’a pas empêché la MRC de procéder lors d’une assemblée extraordinaire le 9 février. 

Le 1er février, quatre conseillers de Godmanchester ont voté en faveur d’une résolution afin que la Municipalité mandate ses avocats pour mettre en demeure la MRC. Une manoeuvre qui visait à ce que cette dernière abandonne le processus de cession du quai. Seul le conseiller Jean-Maurice Daoust et le maire Pierre Poirier ont voté contre la résolution.

Le même soir, lors d’une séance extraordinaire, l’ensemble des conseillers de Saint-Anicet ont voté dans le même sens. Le maire Gino Moretti a toutefois annoncé qu’il n’était pas 100 % d’accord avec la décision. «Je suis d’accord au développement économique, a indiqué le maire. Et comme la municipalité n’a pas voulu discuter ce document à une séance de travail à cause d’un manque de respect. La municipalité aurait pu devenir le propriétaire. Dans le comité de la MRC tout va légalement avancer. » Rappelons que Saint-Anicet aurait proposé l’acquisition du quai en échange de 2 $. Une offre conditionnelle à ce que la Municipalité obtienne plusieurs rapports sur la valeur et l’état du quai, aux frais et dépens de la MRC, et s’en montre satisfaite.

Godmanchester et Saint-Anicet s’ajoutaient donc au mouvement d’opposition à la cession du quai Port Lewis. Les autres municipalités qui ont adopté une résolution similaire sont Huntingdon, Elgin, Sainte-Barbe.

Le processus avance

Malgré tout, la MRC, lors d’une séance extraordinaire tenue le 9 février, a retiré du domaine public et signé une convention de cession du droit d’usufruit.

En ouverture de séance, la préfète Louise Lebrun a indiqué que les questions envoyées sur le sujet ne seraient pas répondues. «Le dossier est en processus de judiciarisation, a-t-elle évoqué. Ce n’est pas de l’initiative de la MRC mais d’un citoyen et de municipalités. On ne répondra pas à des questions tant que ce sera dans les mains des avocats. »

Plus tard, le quai a d’abord été retiré du domaine public pour la durée de l’entente, soit 30 ans.

Ce qui a ensuite permis de procéder à la cession du droit d’usufruit à Marina Port Lewis pour la somme de 1 $.

Dix-huit charges et conditions sont dictées sur le document. Parmi lesquelles, souscrire à une police d’assurance de responsabilité civile de 2 M $, permettre un accès aux services publics d’urgence, permettre un accès public entre 4 h et 23 h, aménager deux cases de stationnement pour handicapés et prendre en charge les réparations majeures.

Si l’usufruitier ne respectait pas ses obligations, la MRC du Haut-Saint-Laurent pourrait reprendre possession des lieux.

Le préfet suppléant, Douglas Brooks, maire de Havelock, Laurent Lampron, directeur général de la MRC du Haut-Saint-Laurent et Yvon jr Lachance, président de Marina Port Lewis, ont signé le document.

Ces deux étapes ont obtenu 11 des 13 voix à la table du conseil. Les maires André Brunette de Huntingdon et Deborah Stewart d’Elgin, ont voté contre.

À lire sur le même sujet

La MRC du Haut-Saint-Laurent a ignoré pendant près de 30 ans qu’elle était propriétaire du quai Port Lewis

Quai Port-Lewis : une entente entre la MRC et la Marina

Cinq municipalités du Haut-Saint-Laurent s’opposent à la vente du quai de Port-Lewis

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires