Le saint frère André fera sentir sa présence à la basilique

Par Yanick Michaud
Le saint frère André fera sentir sa présence à la basilique
Il sera possible pour les croyants de vénérer le Grand reliquaire lors de son passage à la cathédrale Sainte-Cécile le samedi 15 février de 15 h à 18 h 30. (Photo : Photo Journal Saint-François – Courtoisie Oratoire Saint-Joseph)

Près de dix ans après sa canonisation, le saint frère André soulève toujours autant les passions.

Et les fidèles pourront admirer le Grand reliquaire de celui qui a fondé l’Oratoire Saint-Joseph, le 15 février, à la Cathédrale Sainte-Cécile. « Le pape François nous invite à aller à proximité de nos saints. L’Oratoire vient vers nous. Le frère André est une figure très positive de l’église. Il a marqué de très nombreuses familles. Au Québec et ailleurs », explique Normand Bergeron, curé à la cathédrale.

On approprie au saint frère André de nombreuses guérisons. De son vivant. Mais aussi après sa disparition. Il a été canonisé à cet effet. Et maintenant un Grand reliquaire a été créé.

Un culte de vénération des reliques

Les communautés chrétiennes peuvent ainsi recevoir le Grand reliquaire et inviter leurs paroissiens à poser des gestes de vénération à son endroit. L’œuvre constituée de divers matériaux et d’une fiole de verre contenant des particules prélevées du cœur d’Alfred Bessette, le saint frère André, a été reçue à plusieurs endroits.

Partout où il passe, le reliquaire rassemble des foules nombreuses et recueillies. Cet engouement exprime bien l’affection des gens envers saint frère André.

Ainsi, de 15 h à 18 h 30, il sera possible d’apercevoir l’objet de culte. Adoration eucharistique et chapelet sont au programme. Chants et musique feront aussi partie de la célébration. Une messe sera célébrée par Mgr Noël Simard. Une présentation sur la vie de saint frère André, avec vénération de la relique et bénédiction avec l’huile de saint-Joseph, figurent aussi au menu.

« Ça coïncide presque avec le 11 février, la journée mondiale des malades. Et sa notoriété c’est qu’au nom de Saint-Joseph, il soignait les souffrances et les fragilités », conclut Normand Bergeron.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des