Sous le charme de Charlotte Cardin

Après avoir hypnotisé les plaines d’Abraham puis offert une double prestation à Osheaga à Montréal, Charlotte Cardin s’arrêtait au Festival de musique Artefact. L’ancienne finaliste à La Voix a envouté les spectateurs réunis au parc Sauvé avec son charme fou.

«Ça été un beau show, les spectateurs avaient l’air d’avoir du fun, a indiqué l’auteure-compositrice-interprète. Il y avait un bon échange, un beau partage avec la foule. »

La carrière de l’artiste évolue à vitesse grand V depuis la sortie de son EP Big Boy, le mois dernier. Première partie des méga-stars Sting et Peter Gabriel au Festival d’été de Québec puis appelée à livrer un deuxième spectacle pour remplacer Frightened Rabbit à Osheaga, la musicienne filiforme a profité de grandes scènes pour présenter ses chansons. La France et les États-Unis ont aussi eu l’occasion de s’en mettre plein les oreilles. Et la critique a adoré.

«Je ne m’attendais pas à une réception aussi cool du EP, avoue-t-elle. J’avais eu de bons commentaires de ma famille et mes amis mais aussi des médias et des gens qui me découvrent. J’ai pris mon temps pour faire ce disque de six chansons et ça démontre que j’ai bien fait d’attendre. »

Ses mélodies qui mélangent des sons pop, soul et électro formeront un album complet en 2017 à une date qui demeure à être confirmée.

D’ici là, Charlotte Cardin va continuer d’être sur toutes les tribunes. Du gros plaisir en spectacle avec ses musiciens dont un arrêt important au Centre Bell le 17 septembre. Un concert qui réunira Usher, Half Moon Run et Metric à l’occasion de Global Citizen, un événement auquel prendront part des dirigeants influents avec l’objectif de mettre un terme à l’extrême pauvreté du monde.

«C’est un honneur pour moi d’être de ce concert aux côtés de ces artistes que j’admire, mentionne Mme Cardin. Je ne sauve pas le monde, je fais de la musique. Mais de participer à cet événement ça prend un autre sens. Prêter sa voix à cette cause se veut un plaisir.

Voix féminines

La première journée du Festival de musique Artefact a laissé une grande place aux voix féminines. Après Charlotte Cardin, Laurence Nerbonne a eu tout le plancher pour présenter les pièces de son album X O. L’ex-Hôtel Morphée était animée d’une belle énergie pour livrer sa pop rythmée.

Marie-Pierre Arthur a conclu cette première journée avec panache. Avec ses cinq musiciens, elle jouait l’avant-dernier concert de la tournée de son troisième album Rien à faire. Un spectacle bien rodé et funky proposé par celle qui était mentor à La Voix cet hiver. Et une deuxième prestation pour celle qui a animé la terrasse de la Bibliothèque Café-Bistro dans un concert intime pour des gagnants d’un concours de la Caisse Notre-Dame-de-Bellerive. Principalement seule à la guitare, elle a réussi à créer une belle connexion avec le public.

Premier à se présenter sur la scène du parc Sauvé, le groupe Beat Sexü a instauré une ambiance sexy avec son amalgame musical.

Le Festival se poursuit ce soir avec entre autres, Fred Fortin et Plants and Animals.

Commenter cet article

avatar