Rosalie Lalonde revient grandie de l’Alabama

Rosalie Lalonde revient grandie de l’Alabama
(Photo : (Photo - Alabama Adapted Athletics))

Rosalie Lalonde revient de l’Alabama couverte de gloire. Elle conclue son passage avec l’équipe de basketball en fauteuil roulant universitaire avec un autre titre national et des honneurs individuels. De quoi la remplir de confiance à l’approche des Jeux paralympiques de Tokyo.

«Mes quatre années en Alabama m’ont apporté beaucoup de confiance, indique l’athlète rejointe aux États-Unis. En raison de mon expérience, j’avais beaucoup de responsabilités. Je suis devenue une leader. »

Sur le plan personnel, celle qui a décidé de s’exiler à 19 ans dit avoir acquis une indépendance et une confiance qui lui permettent de :«ne pas avoir peur en grand chose en ce moment. »

Le 30 avril, elle tirera un trait sur son aventure américaine. Elle remballe ses effets personnels pour un retour au pays. Le basketball sera sa priorité au cours des prochains mois. «Après une quarantaine, je vais me rendre à Toronto où l’équipe nationale va s’entraîner en prévision des Jeux paralympiques de Tokyo. »

La compétition devait avoir lieu l’an dernier. La pandémie a toutefois eu pour effet de la repousser L’athlète de Saint-Clet a vécu l’expérience paralympique en 2016 à Rio. Elle était alors la plus jeune joueuse à porter les couleurs du Canada. Une expérience qui sera utile, tout comme celle acquise durant la dernière année. «En 2016, les paralympiques étaient notre plus grosse compétition. L’année de Rio a été ma plus intense et la plus chargée, assure-t-elle. Cette fois-ci, il n’y aura que le camp. On ne sortira pas du pays pour se préparer. Les États-Unis devraient venir jouer un tournoi. Ça me fait un peu peur. Ça va ressembler à ce que j’ai vécu en Alabama. Mais en même temps, tous les pays ont écopé, sans compétition internationale au cours des 18 derniers mois. »

Une saison différente

Rosalie Lalonde a gradué en Développement humain et science de la famille en décembre. Elle s’est toutefois inscrite à quelques cours cet hiver pour jouer au basketball. «C’était très différent et il y avait beaucoup d’incertitudes, indique Rosalie. Pas toutes les équipes ont joué Mentalement, l’année a été difficile. »

Le Crimson Tide est parvenu à remporter le championnat national au terme d’un duel contre les Movin Mavs de l’Université du Texas-Arlington.

«Il y avait seulement deux équipes, donc il y avait moins de pression, dit-elle. On reste humble dans cette victoire. J’ai bien joué avec des performances de 20 et 27 points.» Ce championnat s’ajoute à ceux remportés en 2017 et 2019.

S’ajoutent à cette victoire, plusieurs honneurs. Elle a gagné le prix de la Performance, celui de la joueuse défensive de l’année, a partagé la récompense pour le leadership et s’est insérée sur l’équipe d’étoiles. Elle ne s’attache pas à ces prix individuels alors qu’elle préfère faire passer les succès de l’équipe devant.

«Je savais que c’était ma dernière saison avec le Crimson Tide et je voulais apprécier chaque moment, mentionne-t-elle. Je suis satisfaite parce que j’ai tout fait pour aider l’équipe à gagner. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires