Le gouvernement invite les vacanciers de retour à se faire dépister

Par Vicky Girard
Le gouvernement invite les vacanciers de retour à se faire dépister
(Photo : Capture d'écran Facebook)

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a rappelé l’importance du dépistage volontaire de la COVID-19 aux nombreux citoyens qui reviennent de vacances, lors d’un point de presse, le 3 août. Selon lui, certains pourraient avoir, «par inadvertance», manqué de prudence en prenant part, par exemple, à des fêtes privées ou en ayant été en contact avec des gens atteints du coronavirus. Et devenir un nouveau cas. «Au moindre doute, allez vous faire tester», a-t-il insisté.

Le dépistage «est une des armes les plus puissantes de lutte contre le virus. C’est ce qui nous fait penser que pendant la deuxième vague, on peut être plus proactifs que réactifs», a-t-il dit.

Présentement, plus de 17 000 tests par jour sont faits. Soit une capacité qui va au-delà des objectifs fixés. Par exemple, le 30 juillet, 18 437 prélèvements ont été effectués.

Il a évoqué la recrudescence des cas chez les jeunes la semaine dernière pour rappeler que la COVID-19 est toujours présente. En plus de réitérer que les rassemblements privés sont toujours limités à 10 personnes.

«Il n’y a aucun changement qu’on est prêt à faire là-dessus», a-t-il indiqué.

Néanmoins, les salles qui ont l’espace suffisant pour le faire ont l’autorisation d’accueillir jusqu’à 250 personnes.

Stabilité

M. Dubé a confirmé que la situation est considérée comme stable, avec un peu plus d’une centaine de cas de coronavirus confirmés quotidiennement. Hier, par exemple, 124 cas ont été recensés.

«Même lors d’une bonne journée comme hier, on additionne les cas à ce qu’on appelle les cas actifs. Notre préoccupation est que lorsqu’on va entrer dans une deuxième vague, on voudrait que ce nombre de cas actifs soit le plus bas possible», a expliqué le ministre.

Derrière ces chiffres-là, c’est une personne, un proche, un parent, quelqu’un de la famille qui est malade, a-t-il rappelé.

L’objectif du gouvernement est donc à baisser ce nombre en appelant les Québécois à poursuivre leurs efforts collectifs.

Chiffres manquants

En réponse lors de la période de questions, le Dr Horacio Arruda a laissé savoir que bien que plusieurs chiffres concernant les cas de COVID-19 ne sont pas disponibles, il ne manque pas de données pertinentes «pour prendre des décisions éclairées». Le tout est dû à l’implantation d’un nouveau système. M. Dubé a indiqué pour sa part mettre beaucoup de pression pour que ces chiffres soient disponibles le plus rapidement possible.

Depuis le 27 juillet, la Direction de santé publique de la Montérégie ne publie pas de chiffres pour cette raison.

Un changement de système d’information effectué au Québec empêche la mise à jour des données régionales détaillées sur la COVID-19 depuis le 27 juillet. Nous reprendrons cette diffusion dès que possible.

Posted by Direction de santé publique de la Montérégie on Tuesday, July 28, 2020

Port du masque

Les Québécois sont au rendez-vous depuis que le port du couvre-visage est obligatoire, selon M. Dubé. Il les a remerciés de leur réponse aux nombreux appels à respecter les consignes.

«C’est une norme sociale maintenant», a-t-il exprimé en ajoutant qu’il faut continuer à donner l’exemple.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des