Des mamans expriment leurs craintes vis-à-vis un possible déménagement des services à Vaudreuil-Dorion

Des mamans expriment leurs craintes vis-à-vis un possible déménagement des services à Vaudreuil-Dorion
Marguerite savoure la vie dans les bras de sa maman Amanda. L’accouchement intense a été facilité par l’expertise des intervenantes au Centre mère-enfant de l’Hôpital du Suroît. (Photo : (Photo Journal Saint-François - E.T.))

Le 29 décembre, Amanda Primeau a donné naissance à la jolie Marguerite. Le poupon aura bientôt 7 mois. Et elle est en santé. Mais même si les soins prodigués au Centre mère-enfant de l’Hôpital du Suroît ont été adéquats, l’accouchement n’a pas été de tout repos. Assez pour que la jeune maman veuille défendre l’unité des naissances de Valleyfield qui est menacé de quitter vers le futur Hôpital de Vaudreuil-Soulanges.

«C’est super insécurisant de savoir que les services seraient plus loin, note Mme Primeau. Les services de pédiatrie et gynécologie à Valleyfield sont excellents, il ne faut pas que qu’ils quittent. Il y a peut-être un développement à Vaudreuil-Dorion, mais pourquoi créer un manque ici. »

Le 29 décembre, la jeune femme de Valleyfield est devenue mère. Un des moments les plus beaux et des plus importants dans sa vie. Mais la situation n’a pas été de tout repos. «Marguerite n’avait pas la position adéquate, indique-t-elle. L’accouchement a été intense. Heureusement, j’ai été bien pris en charge par du personnel dévoué, dans une chambre confortable et adéquate. D’avoir l’hôpital près du domicile a aussi facilité cette étape. »

Elle parle à des gens de son quartier, un nouveau secteur en développement dans Grande-Île. Des jeunes couples qui proviennent de l’extérieur et qui projettent fonder une famille. «Ils viennent ici en raison des services et de l’hôpital entre autres, dit-elle. C’est incompréhensible. »

Le temps presse

Sabrina Patenaude a accouché d’une petite fille au mois d’avril. Il est naturel et plus facile selon elle de venir accoucher à Valleyfield plutôt que dans un éventuel hôpital de Vaudreuil-Soulanges.

Mme Primeau ajoute qu’en situation d’urgence, le temps peut presser. Sabrina Patenaude a aussi accouché de son premier enfant au mois d’avril. La jeune femme réside à Saint-Chrysostome, municipalité située à 30 minutes du Centre mère-enfant. «Accoucher à Vaudreuil-Dorion ce serait l’enfer, lance-t-elle. J’ai fait mon suivi de grossesse à Valleyfield qui est plus près de mon domicile. L’accouchement a aussi été provoqué parce que le cœur du bébé était au ralenti. Je me sentais à l’aise malgré tout parce que je connaissais l’environnement. »

Les résidents du Haut-Saint-Laurent ont aussi un élément à considérer pour venir accoucher; ils doivent traverser un pont qui surplombe la voie maritime. Pont qui peut être soulevé pour laisser passer un navire. «Un accouchement, ça peut presser, soulève Mme Primeau. D’après moi, des mères n’arriveront pas à Vaudreuil à temps. »

Pierre et Paul

Édith Gariépy, directrice de la Corporation de développement communautaire de Beauharnois-Salaberry milite pour des services de proximité. «Ce serait important de ne pas déshabiller Pierre pour habiller Paul, image-t-elle. Au fil du temps, on a vu le déplacement de certains services. Il ne faudrait pas perdre le Centre mère-enfant.»

Elle avance que le centre de décision est peut-être trop loin du terrain. «J’apprécie beaucoup parler avec les gens de la santé, indique-t-elle. Ils sont résilients. Mais j’aimerais retourner à l’époque des CLSC avec leur conseil d’administration. Il faut aller vers nos liens naturels sans défaire les liens implantés à Valleyfield. »

Le réflexe naturel des résidents de Beauharnois-Salaberry et du Haut-Saint-Laurent est de se tourner vers ses pôles, celui de la santé dans ce cas-ci étant l’Hôpital du Suroît.

On a suggéré la mise en place d’une Maison des naissances à Valleyfield. Ce qui apparaît comme un prix de consolation pour la CDC et ses membres. «Une minorité de femmes peuvent y aller, avance Mme Gariépy. À la moindre complication, tu dois aller à l’hôpital. Amanda Primeau n’aurait pas pu accoucher là en raison des complications. En plus, tu dois correspondre à certains critères.»

Le déménagement du Centre mère-enfant vers Vaudreuil-Soulanges pourrait aussi signifier la perte d’expertise à Valleyfield. On suppose que des professionnels de la santé pourraient déménager, ce qui ajoute des impacts économiques pour le milieu.

Les CDC de Beauharnois-Salaberry et du Haut-Saint-Laurent préparent une mobilisation pour le maintien du Centre mère-enfant à Valleyfield. Déjà plusieurs villes et municipalités ont signé des résolutions pour appuyer les actions des CDC dans ce dossier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Carolane
Carolane
3 mois

Je suis bien d’accord . Quand j’habitais à saint-timothee, je devais accouché à chateauguay mais l’accouchement se passait trop vite que je ne m’y serais pas rendu. Une chance que l’hôpital à valleyfield était disponible car j’aurais accouché dans mon auto sur le bord de l’autoroute.