Politique
Actualités

Une pétition pour ramener des employés de la Voie maritime à Beauharnois

vendredi le 11 juin 2021
Modifié à 16 h 34 min le 11 juin 2021
Par Mario Pitre

Des employés touchés par cette délocalisation et des supporteurs se sont réunis une dernière fois vendredi avant le transfert prévu le lundi 14 juin. (Photo Gracieuseté)

Une 2e pétition électronique a été mise en ligne sur le site web de la Chambre des communes concernant la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent, cette fois-ci pour annuler la délocalisation de ses employés de Beauharnois vers le Centre d’entretien de Brossard et à l’écluse de St-Lambert.

« C’est une question importante pour la région, estime Daniel Mallette, initiateur de cette pétition. Il est question de 25 emplois occupés par des gens d’ici, mais aussi de la sécurité des installations de la Voie maritime, des impacts sur la circulation maritime et routière et du temps de réaction des employés advenant un bris d’équipement à ces installations, notamment aux ponts du canal de Beauharnois. »

Le libellé de la pétition rappelle qu’une distance de 80 km sépare le Centre de Brossard de Salaberry-de-Valleyfield et que les citoyens seront pris en otage lors de bris à ses structures et seront affectés par les délais d’interventions.

La pétition demande également à la Corporation de démontrer qu’elle sera plus efficace et plus sécuritaire à partir du Centre de Brossard pour intervenir lors d’un bris dans les régions de Beauharnois et de Salaberry-de-Valleyfield; et aussi pourquoi la portion située au Québec couvre plus de 80 km, alors que dans la région de Niagara, pour l’ensemble de ses structures, le rayon est de 36 km.

C’est la députée bloquiste de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille qui parraine la pétition à titre de membre de la Chambre des communes. Celle-ci avait déjà manifesté son inquiétude face à cette décision en décembre dernier, lorsque l’information avait été rendue publique.

Le vice-président de la section locale 4320 du syndicat Unifor, Stephan O’Brien, a aussi expliqué que ce transfert aura aussi pour effet d’augmenter le temps d’intervention des employés, alors que diverses inspections sont effectuées à intervalle régulier sur les équipements des ponts, que ce soient les verrous de pont, les détecteurs d’assises, les glissières, poulies; ces intervalles seront rehaussés de plusieurs mois, ce qui peut augmenter les risques de bris ou de défectuosités.

Mise en ligne le 8 juin, la pétition sera en ligne durant 90 jours et vise à recueillir « le plus de signatures possible », signale Daniel Mallette.

Elle vient s’ajouter à une autre pétition mise en ligne en mars dernier par un citoyen, Daniel Pinsonneault, visant à forcer la Corporation de gestion de la voie maritime du Saint-Laurent à améliorer les communications qu’elle offre sur l’état des ponts Larocque et Saint-Louis.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous

Dernières nouvelles