Une Unité mobile de chaleur pour accueillir les itinérants

Par Yanick Michaud
Une Unité mobile de chaleur pour accueillir les itinérants
L’Unité mobile de chaleur pourrait devenir un abri pour se réchauffer, offrant un accueil par des intervenants et des bénévoles qui pourront établir un lien. (Photo : Archives)

Les organismes communautaires de la région vont œuvrer main dans la main afin de mettre sur pied le projet d’Unité mobile de chaleur. Une ressource supplémentaire pour les itinérants.

« Ce sera un partenariat des organismes qui sont déjà là. Nous utilisons l’expertise que nous avons tous. Dans le fond il s’agit de trouver des solutions aux personnes qui ne cadrent pas dans ce qui existe déjà », explique Louis-Philippe Boucher, organisateur communautaire au CISSSMO.

L’Unité mobile de chaleur c’est un autobus qui sera retapé afin de permettre aux gens en situations précaires de trouver chaleur, réconfort, appui. « Nous visons novembre. Sur trois soirs par semaine. En fait, il s’agit d’un projet pilote et nous espérons que ça répondra aux besoins. Nous allons moduler l’offre selon les besoins qui seront nommés. Les heures et journées d’ouverture dépendront du nombre de bénévoles sur qui nous pourrons compter », dit celui qui se réjouit de la mise en place rapide du comité. « Sans compter que nous avons reçu de beaux montants pour transformer l’autobus en unité mobile et la mettre aux normes. »

Rencontrer des intervenants

L’autobus sera déplacé au Marché public de Valleyfield ou il sera installé pour accueillir les itinérants. Peu importe leur provenance. « Les itinérants n’ont pas d’adresse. Nous voulons les accueillir pour qu’ils puissent se réchauffer. Nous allons offrir du café. Répondre aux besoins de base. Éviter l’hypothermie. Mais il y aura surtout des intervenants et des bénévoles sur place pour entamer des discussions. Voir les prochaines étapes que ces gens veulent entreprendre. Nous allons pouvoir les accompagner. Ce sera une porte d’entrée vers d’autres services. Nous avons tout ça. Nous devons nous servir ce que nous avons. Nul besoin de partir de nouveaux organismes », plaide Louis-Philippe Boucher.

Un refuge temporaire

Quant à la possibilité de mettre sur pied un refuge permanent, la balle est lancée. « La situation nous montre que c’est ce qui coûterait moins cher. Nous en avons besoin. Le comité est en place. La difficulté réside dans le financement. Mais il y a de la grosse volonté », dit celui qui céderait la gouvernance du projet au MHDV. La Maison d’Hébergement dépannage Valleyfield existe depuis de nombreuses années. Elle gère de nombreuses ressources pour les personnes sans-abri. Dont la Maisonnée, un hébergement pour les familles.

« Nous allons aussi devoir travailler avec la municipalité », ajoute-t-il, sachant que les autorités sont déjà sensibilisées à la situation. En ce sens, le maire Miguel Lemieux s’est montré ouvert à faire plus. « C’est important de briser les silos de l’isolement. Plus que jamais nous sommes dans le même bateau », indique le premier citoyen de Valleyfield.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires