Une citoyenne réclame le retour du taxibus dans Beauharnois-Salaberry

Une citoyenne réclame le retour du taxibus dans Beauharnois-Salaberry
Catherine Parent accompagnée de sa mère Guylaine Daoust veulent que le taxibus soit réinstauré dans la région (Photo : (Photo Journal Saint-François - V.G.))

(Texte – Valérie Gagnon) Une citoyenne de Sainte-Martine, Guylaine Daoust, croit que la fin du service du taxibus de la MRC de Beauharnois-Salaberry nuit à beaucoup de gens dans la région. Elle fait circuler une pétition afin d’influencer les élus à le réinstaurer.

Les usagers de ce mode de transport sur appel n’y ont plus accès depuis le 31 décembre 2019. Les élus de la MRC ont pris la décision d’y mettre fin pour des raisons budgétaires. Plus de 350 personnes ont signé la pétition qui est disponible dans des commerces de Sainte-Martine, Saint-Urbain-Premier et sur les réseaux sociaux. La Martinoise compte présenter ce document aux élus de Sainte-Martine à l’assemblée publique de mars. Sa fille Catherine Parent âgée de 20 ans va au Centre d’éducation aux adultes Nouvel-Envol au programme Ma vie, mon appart. Elle utilisait le taxibus comme principal moyen de transport pour se rendre à son lieu de stage situé à Beauharnois. Son problème de dysphasie ralentit son processus d’obtention de permis de conduire.

« Je suis obligée d’aller la reconduire soir et matin à son travail, dit Mme Daoust. Je parle un peu au nom des citoyens qui sont lésés là-dedans. Ceux qui l’utilisaient comme transport médical. Ceux qui allaient voir leurs parents à l’hôpital. Tous ceux qui n’ont pas de permis de conduire et qui sont touchés par ça », rend-elle compte. Cette dernière souhaite que les municipalités offrent un transport adapté autre que médical.

Enjeu sous la loupe

La MRC de Beauharnois-Salaberry indique que le service de taxibus a couté 354 000 $ en 2019 pour 130 utilisateurs. Au cours de cette même année, un déficit de 70 000 $ a été enregistré principalement en raison de l’augmentation des coûts de déplacement instaurés par les transporteurs. « Nous en sommes venus à cette décision dans le meilleur intérêt financier des usagers et des contribuables », soutient Guy Longtin, coordonnateur aux communications de la MRC de Beauharnois-Salaberry.

Un projet pilote avait débuté en 2012 et le taxibus s’est progressivement étendu sur l’ensemble du territoire de la MRC. Les cinq municipalités ont été desservies officiellement en septembre 2015. Les élus de la MRC réfléchissent sur l’enjeu du transport en commun en milieu rural. La firme Vecteur5 a obtenu un contrat en mars 2019 pour réaliser une étude de planification stratégique du transport collectif en milieu rural pour une somme de 38 746 $.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des