Le Défi mondial des sept marathons pour Stéphane Léger

Par Yanick Michaud
Le Défi mondial des sept marathons pour Stéphane Léger
Stéphane Léger est un coureur d'endurance et il en aura besoin afin de courir sept marathons en sept jours, sur sept continents. (Photo : Courtoisie)

Sept marathons. En sept jours. Sur sept continents.

C’est un véritable défi. Le défi. Celui qu’entend affronter Stéphane Léger pour récolter plus d’un million de dollars au profit de la Fondation CHU Sainte-Justine en 2024. « Depuis longtemps, je veux amener le Marathon de Thomas à un niveau supérieur et amasser plus pour la Fondation CHU Ste-Justine. Je veux participer au World Marathon Challenge », explique le coureur, papa de Thomas.

Le jeune garçon a vu le jour avec une maladie génétique rare qui cause une série de malformations congénitales. Plus de 70 anomalies sont possibles. Le petit homme de cinq ans de Valleyfield a déjà subi de nombreuses opérations au cours de sa vie. Notamment au cœur, au foie et à l’intestin. Ses 42 premiers jours, il les a passés au Manoir Ronald McDonald. « Sainte-Justine m’a donné mon Thomas. C’est ma manière de redonner », lance Stéphane Léger qui multiplie les courses à pied pour récolter des fonds.

Un immense parcours

Ainsi, depuis les dernières années, le coureur amasse de l’argent auprès des donateurs et des commanditaires. Cette fois, il vise gros.

Le World Marathon Challenge est un défi logistique et physique propulsé par un organisme qui s’occupe des détails entourant la préparation. « L’inscription est de 60 000 $. Mais tout est fourni. Les frais de transport entre les continents, les repas, les inscriptions aux marathons. Quant à l’hébergement, on dort en avion pendant les déplacements », rigole Stéphane Léger, enthousiaste coureur de fonds.

De même, les marathons se multiplient chaque jour à un rythme incessant. Les participants qui doivent être dans une forme irréprochable se rendent à Cape Town en Afrique du Sud. De là, ils partent avec la cohorte de coureurs pour leur première escale. Novolazarevskaya, Station, pour le Marathon international d’Antarctique. 42 kilomètres plus tard, ils reviennent en Afrique pour le marathon de Cape Town.

Suivent dans l’ordre les marathons d’Australie à Perth ; de l’Asie, à Dubaï ; puis de l’Europe, à Madrid ; de l’Amérique du Sud, à Fortaleza et enfin celui de l’Amérique du Nord, à Miami. « C’est aux deux ans. Et à date, il n’y a que cinq ou six Canadiens qui ont réalisé l’exploit. Je veux être l’un des premiers Québécois à le faire », scande Stéphane Léger.

Le coup de départ

Par marquer le coup, le Campivallensien se lance dans un ultramarathon de 67 kilomètres qu’il tiendra le 19 septembre. « C’est une promotion et la première campagne de financement. Je partirai du CHU Sainte-Justine et je reviendrai chez moi à la course. Thomas, Amélie et Juliette courront avec moi le dernier kilomètre », indique celui qui invite la population à l’accompagner.

marathons Stéphane Léger Thomas
Même Thomas participe régulièrement aux efforts de son père qui récolte des fonds pour le CHU Saint-Justine. (Courtoisie)

À la course, à vélo, en patins à roues alignées. « Chaque personne qui amassera ou qui fera un don de 100 $ ou plus recevra une médaille. En plus, ils peuvent venir participer avec moi. Je devrais être sur la piste cyclable entre Pointe-des-Cascades et Coteau-du-Lac vers 11 h 30 », dit celui qui entend courir dès 7 h 30 à partir de Montréal.

Il est possible de donner directement sur la page de Stéphane Léger à la Fondation.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des