Actualités
communaute
societe

Le premier hamburger de Thomas

jeudi le 03 mai 2018
Modifié à 10 h 34 min le 03 mai 2018
Par Eric Tremblay
Thomas Léger allait savourer son premier hamburger mercredi. Et il y avait une foule importante pour accompagner le bonheur du petit bonhomme de 3 ans au McDonald. À l’occasion du grand McDon, la famille du garçon né avec le syndrome des yeux de chats a pu témoigner de l’importance des Manoirs Ronald McDonald. Thomas a vu le jour avec une maladie génétique rare qui cause une série de malformations congénitales. Plus de 70 anomalies sont possibles. Le petit garçon de Valleyfield a déjà subi huit opérations, notamment au cœur, au foie et à l’intestin. Ses 42 premiers jours, il les a passés au Manoir Ronald McDonald. «Quand Thomas est né, on ne savait pas ce qu’il avait, a expliqué Amélie, la maman de Thomas. Mais au Manoir, on nous a remis une couverture tricotée et on s’est tout de suite senti bien. Chaque fois qu’on y va, on se sent dans nos pantoufles. [caption id="attachment_47291" align="alignright" width="210"] Thomas Léger est bien entouré par ses parents Stéphane et Amélie et sa sœur Juliette.[/caption] Comme un deuxième chez nous chaleureux. » Mercredi, Thomas était entouré de sa famille et de plusieurs amis qui sont venus le saluer au restaurant de la rue Dufferin. Il était souriant et allait manger son premier hamburger. Ce qui n’est pas banal dans son cas. Il a passé tout le mois de février au Manoir et doit y retourner demain pour une autre intervention. «En ce moment, il vit avec une cirrhose du foie, a indiqué sa maman. Le Manoir nous permet d’être toujours à ses côtés, s’il y a quoi que ce soit. On ne se serait pas vu faire le voyagement tous les jours. » La présence des médecins, mais aussi des autres parents qui supportent leur enfant malade permet aussi d’échanger et de relativiser sur ce qu’ils vivent. La famille Léger n’a pas hésité à faire un don de 5000 $ au Manoir Ronald McDonald. «Chaque fois qu’on y va, on se dit qu’on doit faire quelque chose, qu’on doit amasser des sous», reconnaît Stéphane Léger. Mercredi, il s’agissait du 25e grand McDon. Maxime Harvey, franchisé du restaurant de la rue Dufferin, était heureux de rencontrer la famille Léger, véritable ambassadrice du Manoir. «Je suis super content de les accueillir, a-t-il avoué. La connaissance du Manoir prend de l’ampleur avec les témoignages des gens qui ont bénéficié de ces services. » Catman le super-héros La famille Léger ne ménage par les efforts pour redonner aux suivants. Le grand McDon se veut un rendez-vous annuel auquel [caption id="attachment_47292" align="alignright" width="210"] Maxime Harvey, franchisé du restaurant McDonald, a aidé Thomas à faire lui-même son cornet sous l’œil attentif de son papa Stéphane Léger.[/caption] elle invite tous leurs amis et proches. Elle appuie aussi la Fondation du centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. Stéphane chausse les espadrilles. Après le marathon de Thomas (42 km pour les 42 jours d’hospitalisation de Thomas), il se prépare à un ultramarathon. Voir son papa est une belle source de motivation pour Thomas qui a récemment couru son premier kilomètre seul comme un grand. Pour l’automne, Stéphane mijote une autre idée. «J’aimerais que les gens amassent de l’argent, 10 $ pour courir chaque kilomètre, résume-t-il. Et je me donnerai le défi de courir la distance équivalente. Si je ne peux pas «matcher» la distance, tant mieux !» Des poupées de Catman, un super-héros qui représente bien Thomas et ses parents, pourraient aussi revenir en production et être vendues pour amasser des fonds.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous

Dernières nouvelles