Actualités

Un accident après leur périple en voilier

vendredi le 27 mai 2022
Modifié à 13 h 20 min le 27 mai 2022
Par Paula Dayan-Perez

pdayan-perez@gravitemedia.com

Fannie Jodoin et Marc Boctor ont passé des semaines en haute mer avant d’arriver aux îles d’Antigua & Barbuda. (Photo : Gracieuseté)

Le couple qui a fait la une du Journal Saint-François cette semaine n’a pas fini de vivre des péripéties. Fannie Jodoin et Marc Boctor ont traversé des tempêtes en haute mer pour se rendre jusqu’aux Antilles en voilier. Mais c’est à leur retour au Canada, dans une marina de Nouvelle-Écosse, que leur voilier a été gravement endommagé par un bateau à la dérive.

La Martinoise Mme Jodoin et son conjoint prenaient un café le matin du 20 mai sur leur voilier, un Corbin 39 baptisé l’Arjuna. Ils regardaient la mise à l’eau annuelle des bateaux à la marina de Bridgewater, un moment de repos après six mois d’aventures dans l’océan Atlantique. Ils étaient arrivés au Canada seulement trois jours plus tôt, et captaient des vidéos du «spectacle», explique la dame.

Un bateau s’accostait sur le mur de la marina pour y être attaché. Les deux personnes à bord ont quitté le cockpit pour lancer la corde à ceux qui attendaient pour les accrocher, relate Mme Jodoin.

«Je pense que le monsieur a laissé son bateau en marche avant, dit-elle. Il a lancé la corde aux gens sur terre et le bateau continuait d’avancer. Le bateau l’a poussé et il est tombé à l’eau. L’autre monsieur, au lieu de rester et essayer de contrôler le bateau, a sauté pour essayer de le sauver.» 

Le navire a frappé un premier bateau. Il a par la suite fait un tour complet pour se précipiter sur l’Arjuna, peut-on voir sur la scène publiée sur YouTube. Les témoins criaient, incapables de le freiner.

Le bateau à la dérive s'est précipité sur l’Arjuna. (Photo : Capture d'écran - YouTube)

D'importants dommages

Le coût des réparations, couvert par les assurances, est estimé entre 25 000 à 30 000 $. Le voilier a un trou dans la coque, la fibre de verre sur le devant du bateau est effritée, la cadène est déformée et décollée, entre autres. 

«C’est notre maison, alors ça a un gros impact sur nous autres, déplore M. Boctor. Le bateau, on ne sait pas ce qui va en arriver. Il va falloir qu’il aille dans une shop et on va perdre notre maison.»

Le voilier a subi d'importants dommages. (Photo : Gracieuseté)

Pour le moment, le couple continue de dormir à bord du voilier, leur résidence depuis ces six derniers mois. Ils espèrent que les assurances couvriront les coûts d’hébergement lorsque le bateau sera en réparation.

Les marins voulaient retourner au Québec pour voir la famille avant de continuer à naviguer en Nouvelle-Écosse cet été. Ils devront toutefois rester dans la province maritime pour organiser la réparation de l’Arjuna.

«On peut toujours se consoler parce que je pense que si on n’avait pas été là, le bateau aurait foncé dans les deux monsieurs sur le mur en train d’essayer de remonter, donc ils auraient quasiment pu mourir», confie Mme Jodoin.