Pas d’assurances pour des ruches anéanties

Par Yanick Michaud
Pas d’assurances pour des ruches anéanties
Quelques manifestants se sont déplacés pour montrer leur appui aux apiculteurs lésés et pour signifier l’importance des abeilles pour l’environnement, l’alimentation et la population mondiale. (Photo : Loïc Michaud)

La cause reste noble et les abeilles et leurs ruches doivent être mieux protégées. Mais la manifestation organisée ce week-end à Saint-Stanislas-de-Kostka n’a pas eu l’effet escompté.

Mélanie Gingras, l’une des organisatrices de la manifestation était visiblement désappointée. « Je me dis que les gens ne sont pas sorteux. Et il y a une belle température. Peut-être que les gens avaient autre chose de prévu. Mais au moins on peut rencontrer les apiculteurs en personne et leur démontrer notre appui », mentionne la résidente d’Ormstown.

Les apiculteurs sont Joël Laberge et son fils Sébastien. Il y a quelques semaines, des agriculteurs, à proximité de leurs ruches, ont arrosé d’herbicide leurs champs en plein jour. Avec des vents de plus de 20 kilomètres à l’heure. Des milliers d’abeilles ont été tuées. « Depuis 60 ans la Miellerie est en activité. Et on a tout perdu en quinze minutes », signifie, dépité, Sébastien Laberge.

Le jeune homme qui représentait la relève dans l’entreprise familiale a tout perdu. « En abeilles et en matériel, ça me coûterait 250 000 $ pour repartir à neuf. Tous les cadres de mes ruches sont finis. J’aurais 340 ruches à refaire au complet. Je n’ai pas 250 000 $ de côté pour ça. J’ai dû me trouver un emploi dans un autre domaine et je vais réorienter ma carrière », dit celui qui se désole de voir que les avenues envisageables s’amenuisent.

Pas d’assurances qui veulent payer

Si les assurances que lui et son père ont payé chaque année pouvaient aider, la situation pourrait être viable. Mais aucune ne veut s’engager. « La Financière agricole ne veut pas payer pour des ruches polluées à l’herbicide. Si un ours, ou une crue des eaux ou une tornade avait brisé nos ruches, ils auraient payé. Mais pas là. Il n’y a pas d’assurance commerciale non plus qui veut payer. Le dernier recours sera possiblement un procès », explique Sébastien Laberge, lucide.

Il confirme avoir vu quelqu’un arroser à 150 mètres des abeilles, vers 10 h 30 alors que les vents étaient de plus de 20 kilomètres à l’heure. « L’agriculteur a dit qu’il était désolé et qu’il ignorait que ça pourrait tuer nos abeilles. Mais nous, on devra recommencer à zéro », dit-il. Il explique qu’en apiculture tu ne peux pas avoir une mauvaise saison et te reprendre l’année suivante. « Tout est détruit », confirme celui qui ne peut associer son nom à la manifestation. « Il pourrait y avoir des procédures. Nous ne voulons pas que ça vienne changer des choses », conclut Sébastien, qui était malgré tout heureux de voir le soutien de quelques citoyens.

manifestations ruches abeilles miel
Sébastien et Joël Laberge sont déçu de voir que les assurances qu’ils paient pourtant depuis des années ne veulent pas défrayer les coûts pour de nouvelles ruches et les abeilles tuées. (Yanick Michaud)

Les choses bougent lentement

Joël Laberge, le propriétaire de la Miellerie Saint-Stanislas trouve cependant que les choses bougent lentement. « Les assurances récolte se désistent. Il n’y a pas de programmes des gouvernements qui peuvent nous aider. Mais nos députés désirent nous soutenir. Claude Reid devrait venir nous jaser. Claude DeBellefeuille est venue nous voir. Au fédéral, on veut contrôler les pesticides et on fera de la pression pour que ce soit concret, mais en attendant, on patiente », plaide-t-il.

Ainsi, du côté de la députée du Bloc québécois, un membre de l’équipe a confirmé que des démarches sont entamées pour pouvoir aider les apiculteurs concernés. « C’est certain que nous travaillons pour trouver de l’aide et un appui. Il faut faire quelque chose pour eux. C’est incroyable ce qui est arrivé », a-t-on mentionné.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Benoit
Benoit
3 mois

J’aimerais bien savoir si le pesticide en question est a base de glyphosate.
Son utilisation est interdite dans de nombreux pays mais le gouvernement Canadien n’a pas de couilles.
Il a ete prouver que ceci tue les abeilles et personnellement, je n’utilise meme pas le Roundup pour les mauvaises herbes entre mes dalles de patio.
Mais peu importe le pesticide utiliser, l’agriculteur a fait preuve d’une grande insouciance en arrosant par temps venteux et si pres des ruches et devrait etre poursuivi.
L’ignorance/ le je m’en foutisme ne diminue pas la responsabilite de l’agriculteur en ce qui a trait aux dommages causer a son voisin.