L’organisme OVPAC sauvé grâce à l’entraide

Par Yanick Michaud
L’organisme OVPAC sauvé grâce à l’entraide
Les directrices générales des deux organismes sont fières d'avoir pu maintenir le service d'OVPAC dans la grande région. (Photo : Courtoisie )

La pandémie aurait pu sonner le glas de l’organisme OVPAC voué au soutien des personnes atteintes de cancer.

Or, un regroupement de partenaires, dont fait partie la Fondation de l’Hôpital du Suroît, a permis de sauver l’organisme. Il a aussi permis d’assurer le transport des personnes atteintes de cancer vers les hôpitaux de Montréal. Dans le but de recevoir leurs traitements médicaux.

L’impact de la COVID-19 sur les revenus et les opérations des organismes à but non lucratif est considérable. Tournois de golf annulés, commandites perdues et bénévoles confinés. Le printemps 2020 est venu grandement fragiliser l’OVPAC, un organisme de Salaberry-de-Valleyfield voué aux personnes atteintes de cancer.

Desservant les municipalités des MRC de Salaberry-Beauharnois, de Vaudreuil-Soulanges, du Haut-St-Laurent et une partie de la MRC de Roussillon, OVPAC est un pilier dans la région. Pour les gens atteints de cette maladie et leurs proches. En plus d’offrir des services de soutien psychologique, OVPAC est spécialisé dans l’accompagnement médical avec des chauffeurs bénévoles vers les hôpitaux de la région métropolitaine.

Or ce service de transport, pour certains patients, est l’unique moyen de poursuivre des traitements essentiels dans leur combat contre le cancer.

Les frais récurrents pour le maintien de la flotte de véhicule. La réduction du nombre de patients admis par véhicule. L’impossibilité de pouvoir compter sur des conducteurs bénévoles. Ces éléments ont poussé la directrice générale, Maude Poirier, à arrêter le service de transport au mois d’avril 2020. « Il n’était juste plus possible financièrement d’arriver et c’est à contrecœur que j’ai dû informer les usagers et les partenaires de l’arrêt de nos services de transport vers Montréal », dit-elle.

Des actions à prendre

Ainsi, cette annonce a créé une onde de choc dans la région. De même, le transport des patients atteints de cancer devait être assuré particulièrement durant la pandémie. Une mobilisation des acteurs du milieu s’est dessinée sous l’initiative de Guy Francoeur. Il est chef de programmes en organisation communautaire et en santé publique au CISSS de la Montérégie-Ouest.

« L’organisation communautaire au CISSS de la Montérégie-Ouest a dans sa mission de soutenir les organismes communautaires en difficultés, comme OVPAC. Le transport est considéré comme un déterminant de la santé. Nous croyons que pour se maintenir en bonne santé, tous les citoyens devraient avoir accès au transport individuel ou collectif. Encore plus lorsque ces personnes ont des conditions de santé fragile ou précaire », lance-t-il.

En plus du soutien des MRC, des élus locaux et de Centraide, la Fondation de l’Hôpital du Suroît et la Fondation du centre hospitalier de Vaudreuil-Soulanges ont également contribué financièrement afin d’assurer le transport des résidents de Salaberry-Beauharnois, du Haut St-Laurent et de Vaudreuil-Soulanges. Au total, c’est plus de 50 000 $ qui ont été amassés pour permettre à l’organisme de poursuivre ses activités.

« C’est en période trouble que l’on voit émerger des efforts considérables de solidarité. Ainsi, l’appui à l’OVPAC et surtout aux citoyens atteints de cancer par une pluralité d’acteurs pendant la pandémie démontre l’entraide possible entre les organismes de charité, les élus, la société civile et le CISSS de la Montérégie-Ouest », dévoile Michèle Cyr-Lemieux, directrice générale de la Fondation de l’Hôpital du Suroît.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des