Le report de la 2e dose permettra de vacciner plus de gens

Par Mario Pitre
Le report de la 2e dose permettra de vacciner plus de gens
Le ministre de la Santé, Christian Dubé. (Photo : Capture d'écran)

La recommandation des experts de la santé publique de reporter la 2e dose de vaccin entre 42 et 90 jours permettra la vaccination d’un plus grand nombre de personnes, a fait savoir le ministre de la Santé, Christian Dubé, jeudi en conférence de presse.

Jusqu’à présent, 115 000 vaccins ont été administrés à des personnes, alors que plus de 50% des personnes vivant en CHSLD ont reçu la première dose du vaccin, a indiqué le ministre, qui était accompagné de Richard Massé, conseiller principal à la direction générale de la santé publique et de Daniel Paré, directeur de la campagne de vaccination.

M. Massé a précisé que ce report favorisera particulièrement la vaccination de personnes vivant en résidences pour aînés, de même que les aînés de 80 ans et plus. « Cela aura un impact très important dans nos efforts pour protéger
la population », selon M. Massé.

C’est d’ailleurs à compter du 25 janvier que débutera la campagne de vaccination dans les résidences pour aînés, déjà frappées par des mesures de confinement supplémentaires, notamment celle interdisant les rassemblements de résidents dans les cafétérias pour les repas.

« Ces mesures n’ont pas été appliquées de gaieté de coeur, a noté le ministre Dubé, mais il fallait s’assurer de limiter les contacts entre résidents… là on commence à voir la lumière au bout du tunnel. »

Incidemment, le ministre a indiqué que les données concernant la vaccination seront rendues publiques quotidiennement à 13h.

Québec a reçu jusqu’à présent 162 000 doses du vaccin. Quelque 300 000 doses supplémentaires sont attendues pour la mi-mars, a indiqué le directeur de la campagne, Daniel Paré.

La vigilance demeure

Malgré le bon déroulement de la campagne de vaccination et la stabilisation du nombre de nouveaux cas à environ 2100, il n’est pas encore temps de relâcher les efforts visant à limiter la transmission du virus, a rappelé le ministre Christian Dubé.

Celui-ci a précisé que le nombre d’hospitalisations demeure encore très inquiétant dans les établissements du réseau de la santé. « Les cas répertoriés quotidiennement se répercutent dans le nombre d’hospitalisations dans les semaines qui suivent. Les projections de l’INES (Institut national d’expertise en santé) démontrent que la situation demeure précaire dans les hôpitaux », dit-il.

« Il faut qu’on joue en équipe si on veut en arriver à battre le virus de vitesse », a-t-il conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires