Le maire de Valleyfield tire à boulets rouges sur le palmarès de L’Actualité

Par Mario Pitre
Le maire de Valleyfield tire à boulets rouges sur le palmarès de L’Actualité
Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux. (Photo : Journal Saint-François Archives Pierre Langevin)

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, n’y va pas de main morte pour qualifier le récent « palmarès des villes où il fait bon vivre au Québec », publié par le magazine L’Actualité.

Ce palmarès mesure la performance d’une centaine de municipalités du Québec dans neuf secteurs, dont la croissance démographique, la vitalité économique et l’accès à la propriété, entre autres. Salaberry-de-Valleyfield y est classé au 103e et dernier rang de ce palmarès, dominé par les villes de Blainville, Sherbrooke et Mirabel. Vaudreuil-Dorion y occupe le 15e rang.

Un « classement bidon »

Rejoint à Québec, le maire Lemieux a déclaré « qu’il s’agit d’un classement bidon mené à partir d’indicateurs plus que contestables. On y place énormément d’emphase sur le revenu des gens, mais à peu près rien sur ce qui stimule une collectivité et contribue au bonheur. »

Après avoir analysé les données du sondage, le maire dit constater qu’on n’y retrouve rien sur le nombre de fêtes et festivals ou encore sur la qualité du mouvement communautaire, deux facteurs pour lesquels, dit-il, « nous aurions probablement aussi été premiers ».

De plus, il note que le palmarès n’indique rien sur la qualité des pistes cyclables, sur le nombre de parcs et d’espaces verts, la présence de plans d’eau, ou encore sur les loisirs offerts.

« À la place on prend en compte le nombre de citoyens qui travaillent dans le domaine. Bref, si un citoyen de la ville X travaille pour un organisme de loisirs de la ville Y, c’est la ville X qui a des points, alors que les activités profitent aux citoyens de la ville Y », dit-il.

Le maire campivallensien résume sa pensée en déclarant qu’il s’agit « d’un palmarès fabriqué pour les villes dortoirs. Une ville peut être plate à mourir, mais scorer fort si ses citoyens vont gagner un gros salaire dans la ville d’à côté. Ce palmarès est tellement déconnecté de la réalité qu’il contredit carrément ce que les gens répondent lorsqu’ils sont questionnés via un sondage.

Autres palmarès, autres résultats

M. Lemieux cite par ailleurs en exemple, d’autres palmarès dans lesquels Salaberry-de-Valleyfield obtient de meilleurs résultats. C’est le cas dans celui de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI), qui a classé Salaberry-de-Valleyfield au 49e rang des meilleures villes entrepreneuriales au Canada.

Il note aussi aussi, le vaste sondage Léger pour le compte du Journal de Montréal, qui dit que les Campivallensiens sont les citoyens qui, dans tout le Québec, sont les plus optimistes face à l’avenir.

« Dans ce même sondage, Salaberry-de-Valleyfield se classe 31e au Québec parmi les villes où les habitants se disent le plus heureux. Parce que les gens savent ce qui les rend heureux et pas les indicateurs bidons de l’Actualité. »

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
S.L.AngeLouis-Philippe BoucherSylvain Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Sylvain
Guest
Sylvain

Le pire problème n vient pas de Miguel , mais de l’ancien maire Mr. Lapointe qui n’avait aucune vision ouverte sur le monde et le reste de la ville , il n’avais d’yeux que pour son foutu centre-ville . Si l’ont regarde tout ce qu’i as contribué a faire fermé , disons que le palmaresse est très large . Les club de musique et autres attractions de ce genre n’avaient aucune place dans ses projets . Faut se le dire le vrai centre-ville est maintenant Bellerive et non la rue Victoria avec les fusions forcé de nos municipalité que nous… Lire la suite »

Louis-Philippe Boucher
Guest
Louis-Philippe Boucher

Bravo M. Le Maire. Effectivement, classer des municipalités seulement sur le revenu des citoyens est illusoire.
Il n’indique pas que la classe moyenne peut avoir accès à la propriété ici à Salaberry de Valleyfield. Cela n’indique aucunement la solidarité sociale que l’on retrouve ici et que l’on peut vivre en français la langue officielle du Québec

Ange
Guest
Ange

J aime beaucoup la ville
J adore être une Campi depuis maintenant presque 3 ans

S.L.
Guest
S.L.

Nous avons un maire jeune et dynamique !
Notre ville ne mérite aucunement ce classement bidon.
Je crois que ceux qui ont dit haut et fort que nous ėtions au dernier rang des villes où il fait bon vivre, nous doivent des excuses.