Des propriétaires inquiets de la densification du centre-ville

Par Yanick Michaud
Des propriétaires inquiets de la densification du centre-ville
La hauteur excessive des tours d’habitation par rapport aux autres maisons et édifices du quartier ne plaît pas à tous. (Photo : Eric Tremblay)

Paul Picard et Marie Hélène Marcheterre, les propriétaires d’une maison presque centenaire sur la rue Saint-Jean-Baptiste à Salaberry-de-Valleyfield s’inquiètent de l’arrivée d’un immense projet immobilier dans leur voisinage. Pour eux, la hauteur des nouvelles tours d’habitation en voie d’être construites dans ce quartier historique, dénature l’endroit.

« Nous soulevons une situation problématique concernant deux projets immobiliers contigus dans le quartier centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield. Le premier, une tour d’habitation de cinq étages pour retraités, est déjà en cours de construction sur un terrain vacant situé sur la rue Saint-Jean-Baptiste entre les rues Académie et Jacques-Cartier. Le second projet, impliquant la démolition d’une résidence pour personnes âgées afin de construire une deuxième tour d’habitation de six étages pour retraités, pourrait être approuvé et mis en branle incessamment », soulignent les signataires d’une missive envoyée aux autorités municipales.

Des autorisations accordées

En ce sens, la coordonnatrice du service de l’urbanisme et des permis, Nancy Derepentigny dit comprendre les préoccupations des citoyens quant aux transformations de leur milieu de vie. Mais elle avise que les règlements sont respectés. « Bien que ce tronçon de rue soit pittoresque, la propriété se trouve dans une zone de centre-ville. La hauteur permise est de deux à six étages, et ce depuis plus de 30 ans. Dans notre plan d’urbanisme, nous devons prévoir la densification de nos milieux urbains, et surtout de notre centre-ville puisque s’y trouvent tous les services. Cette obligation nous vient de la MRC et découle des orientations gouvernementales », explique-t-elle, avisant que sa réponse ne plaît sans doute pas au couple qui voit les tours détonner dans le décor.

Elle ajoute que cette portion de la rue Saint-Jean-Baptiste, du côté nord, n’est pas assujettie au règlement de PIIA (plan d’implantation et d’intégration architecturale). « C’est pourquoi, lors d’une demande de permis nous ne pouvons refuser un style architectural plus contemporain », lance Nancy Derepentigny.

Trop tard dans un cas

Admettant qu’il est trop tard dans l’un des cas, Paul Picard espère que la construction de la deuxième tour restera effectivement au statut de projet. « Nous souhaitons seulement une perspective d’urbanisme harmonieux. Un urbanisme respectueux du caractère historique du quartier. Ces projets se trouvent à quelques mètres de deux bâtisses patrimoniales. L’Édifice Salaberry sis au 75 rue St-Jean-Baptiste et l’ancien Cercle Émard datant de 1901 au coin des rues Saint-Jean-Baptiste et Jacques-Cartier. Certes, nous redoutons la construction presque inéluctable d’une tour d’habitation moderne de six étages à quelques pas de notre maison de style American Foursquare de 1924-1925. Il serait non-pertinent de démolir une résidence pour personnes âgées bien intégrée afin d’en construire une nouvelle. L’architecture moderne ne s’harmonise pas avec les autres bâtiments historiques du quartier », mentionne-t-il.

Il soulève aussi les possibles problématiques d’augmentation du trafic sur cette rue et la création probable d’îlots de chaleur. « C’est du respect. Ils ont coupé des arbres imposants. Qui abritaient la faune, des oiseaux. Et ça provoque d’autres problèmes », dit Paul Picard qui ne se dit pas contre le progrès. « Mais ça, je trouve que ça manque de vision », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
6 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Louise
Louise
1 mois

Désolé De vous l’annoncer mais la ville n’écoute pas ses citoyens. Elle fait comme elle veut. Même genre de situation dans le parc des mouettes. Du béton ça rapporte, au détriment des citoyens et de la nature. Mais où s’en va Valleyfield avec toutes ces gros bâtiments. Sûrement pas vers une ville verte mais plutôt un mini Montreal.

Au départ, la ville avait annoncé que l’argent obtenu de la vente du parc des mouettes servirait de fond pour les espaces verts et parcs de la ville mais en cours de route c’est rendu que l’argent servira pour construire un centre de baseball intérieur.
Génial encore du béton. Bravo la mairie. Merci d’écouter vos concitoyens, après tout c’est nous qui vous ont élu.

Pat
Pat
1 mois
Répondre à  Louise

Je pense que c est un du soccer intérieur et non du base-ball

Chantal
Chantal
1 mois

Je suis attristée pour les propriétaires, voir s’installer des tours à logements à côté de chez eux, c’est pas « cool ». Pourquoi construire ces immeubles dans des quartiers où il n’y a que des maisons unifamiliales, pourquoi pas dans des développements qui ont déjà des tours ??? C’est triste

Jean Lapointe
Jean Lapointe
1 mois

Une autre construction, pas à sa place comme la Maison des aînés dans un quartier résidentiel. A voir le nombre de commentaires négatifs sur Facebook, la Ville ne pense pas à ses citoyens avoisinants et approuve ces projets insensés.

Nicole
Nicole
1 mois

En effet, on voit apparaître un peu partout des immeubles à plusieurs étages comme sur le Boulevard Ste-Marie près du Métro en face d’unifamiliales . On transforme un parc (un espace vert) dans un quartier résidentiel loin des services en maison pour ainés. La consultation de la population sur l’avenir de notre ville n’existe pas Nous ne sommes pas écoutés. M. le maire et les échevins n’oubliez pas que c’est nous qui vous avons élus. On veut une ville à échelle humaine.

Nicole GPoissant
Nicole GPoissant
1 mois

C’est triste qu’on ne prenne pas en considération les espaces verts. La pandémie devrait servir de leçon aux dirigeants, à force de détruire l’environnement, espaces verts, coupe d’arbres etc. Désolant