Campagna Motors n’est plus

Par Le Guide de l'auto
Campagna Motors n’est plus


Le Guide de l'Auto

Article par William Clavey

Au mois de novembre dernier, Campagna Motors se plaçait sous la protection de la faillite. Incapable de rembourser ses créanciers, une proposition avait été faite le 6 novembre lors d’une assemblée générale au bureau du syndic.

Après la diffusion de cette nouvelle, nous avons discuté avec André Morissette, président et actionnaire majoritaire de l’entreprise. À l’époque, il expliquait qu’un potentiel investisseur américain aiderait à redresser la situation et que l’entreprise avait plusieurs projets pour l’année 2019, comme une déclinaison entièrement électrique de son T-Rex.

Vers 19 h 45 le 10 janvier 2019, Campagna Motors a annoncé sur sa page Facebook qu’elle n’a pas été en mesure de compléter le financement requis à temps pour honorer la proposition faite à ses créanciers en novembre. La banque prend donc possession des actifs de la compagnie jusqu’à ce qu’un nouvel investisseur se porte acquéreur.

Jusqu’à nouvel ordre, Campagna Motors, l’entreprise qui a inventé le T-Rex, n’est plus.

Une belle histoire de chez nous
Né de l’imaginaire de Daniel Campagna, conseiller technique de l’écurie Ferrari de Gilles Villeneuve dans les années 70, le premier T-Rex a vu le jour en 1994. Paraissant étrange en raison de sa conception à trois roues, et alimenté par un moteur de moto, il avait comme but de répliquer les sensations fortes d’une formule 1, mais pour la route.

Il était dessiné par nul autre que Paul Deutschman, l’homme mieux connu pour ses projets du côté de Callaway. Le T-Rex a évolué au fil des années, devenant plus sophistiqué, performant et sécuritaire.

Entièrement développés et assemblés à Boucherville, les plus récents modèles, nommés 16S et 16SP, étaient alimentés par un moteur de moto BMW de 1 600 cm3 d’une puissance de 160 chevaux. Grâce à une masse nette de seulement 524 kg, le T-Rex réalisait le 0-100 km/h en 3,9 secondes. Dans les courbes, il pouvait atteindre jusqu’à 1,3 g de force latérale.

Campagna Motors effectuait également, toujours à Boucherville, la manufacture du V13R. Aussi un bolide à trois roues, celui-ci était propulsé par un moteur Harley-Davidson et avait comme but d’offrir à son propriétaire une conduite un peu plus décontractée que le T-Rex.

Bien qu’il était un véhicule niché et dispendieux, le Campagna T-Rex 16SP était une véritable bombe conçue pour les amateurs de sensations fortes. Son départ marque la fin d’une belle aventure québécoise.

Partager cet article