Un ancien Noir et Or invité au camp national d’évaluation de la Ligue canadienne de football

Un ancien Noir et Or invité au camp national d’évaluation de la Ligue canadienne de football

Arnaud Gendron-Dumouchel fait partie des trois Québécois invités au camp d’évaluation national de la LCF.

Crédit photo : (Photo - Facebook)

Arnaud Gendron-Dumouchel est tout un colosse. Mais le footballeur est plus que ça. L’ancien du Noir et Or l’a démontré récemment ce qui lui a permis d’être invité au camp d’évaluation national de la Ligue canadienne de football.

«Je suis arrivé au camp régional prêt physiquement et mentalement, assure le bloqueur de quatrième année des Carabins de l’Université de Montréal. Ça faisait longtemps que je me préparais. »
Ses résultats lui ont permis d’être un des trois footballeurs québécois du camp de Montréal à recevoir une invitation au camp ultime. «J’ai commencé à entrevoir la possibilité d’une carrière professionnelle cette saison, a-t-il indiqué. J’ai travaillé fort avec mes entraîneurs et l’invitation au camp régional était déjà un bon signal pour moi. »
Qui dit camp d’évaluation, dit stress. Dans le vestiaire des Carabins, c’est sous les encouragement de ses coéquipiers qu’il se plaçait sous la barre pour des développés-couchés (bench press). Au camp, Arnaud Gendron-Dumouchel avait une soixantaine de Ipad braqués sur lui pour capter ses répétitions. «J’aurais aimé en réussir 20, mais on m’en a retiré deux parce qu’ils n’ont pas été jugés corrects. Mais avec le peu d’échauffement et le stress, je suis quand même content avec mes 17. »
Lors des séquences de jeu, il a très bien tiré son épingle du jeu. Même si on lui a demandé d’évoluer comme garde, ce qu’il n’avait jamais fait. «Je suis habitué en deux points d’appui alors qu’à cette position c’est sur trois points, a-t-il expliqué. Mais j’ai bien fait. » Une séquence vidéo montre un rival utilisé une technique avec un poing sous le menton; bien que le casque du Campivallensien ait tombé, Gendron-Dumouchel a fait mordre la poussière au joueur défensif.

Sept pieds de bras
Ce qui retient beaucoup l’attention avec Arnaud Gendron-Dumouchel, c’est évidemment son physique. À 322 livres, il a la charpente pour bousculer ses adversaires. Ce poids est réparti sur 6’9, ce qui l’empêche de passer inaperçu. «C’est un atout c’est sûr, lance-t-il. Les recruteurs ont été intrigués par cet aspect. Je suis en mesure de donner une plus grande pochette de protection au quart-arrière. En prenant mes mensurations, mes bras ont été mesurés à 7’, ce qui est plus grand que moi. »
Il tient à prouver qu’il est plus que le colosse du stade. Arnaud Gendron-Dumouchel a travaillé sa technique et sa musculature pour être un joueur complet.

Sport et études
Le footballeur de Valleyfield s’envolera pour Winnipeg en vue du camp d’évaluation national prévu le 25 mars. D’ici là, il va guérir quelques bobos et s’entraîner.
Ce camp servira à se vendre aux yeux des recruteurs pour le repêchage de la LCF. Gendron-Dumouchel est toujours éligible pour une dernière année de football avec les Carabins. Plusieurs options se présentent donc à lui. «Je veux sortir avec mon baccalauréat, assure-t-il. [il étudie en Éducation physique et santé] Ça m’a peut-être pris du temps à m’habituer au jeu universitaire alors une année de plus me permettrait de gagner en maturité et en confiance. »
La conférence du Québec offre probablement le meilleur jeu universitaire au Canada si bien qu’il s’agit d’un beau tremplin pour lui avant la prochaine étape.

Résultats d’Arnaud Gendron-Dumouchel au camp d’évaluation régional
Développé-couché : 17
Sprint 40 verges : 5,52 secondes
Saut vertical : 24 pouces
Saut horizontal : 8,1 pieds
Trois cônes : 8,25 secondes
Changement de direction : 4,82 secondes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar