Vers un taux d’occupation commercial de 100 % sur la rue Victoria

Vers un taux d’occupation commercial de 100 % sur la rue Victoria
Le maire Miguel Lemieux et la ocnseillère en développement économique ont fait état d'un bilan commercial fort positif pour Valleyfield. (Photo : (Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin))

La rue Victoria redevient plus que jamais une artère commerciale majeure. L’offre sera bientôt complète entre le chemin Larocque et la rue Jacques-Cartier. De quoi fermer le bec au club des pessimistes, juge le maire Miguel Lemieux.  

«On veut en finir avec eux, assure le maire. Ils ne sont pas nombreux, mais ils sont fatigants. Ils ont une énergie négative, ne sont jamais contents. On traverse une période plus que favorable et on considère que ça passe un peu dans le beurre. »

La sortie de Miguel Lemieux était appuyée par un bilan du développement économique plus que favorable. Pour lui, la rue Victoria représente pour sa ville ce que la rue Sainte-Catherine est pour Montréal.

«On approche le taux d’occupation commercial de 100 % entre le chemin Larocque et la rue Jacques-Cartier, a mentionné Maude Leduc, conseillère en développement. On se retrouve dans une période ou un commerce ferme et trois ouvrent leurs portes. »

Reste la mise en place de stationnements pour faciliter l’accès aux clients. Déjà 150 cases sont en installation sur la rue Sainte-Cécile et pourraient être accompagnées d’une technologie qui favoriserait l’expérience magasinage. «On veut enlever les irritants mentionnés par les commerçants de ce secteur», a reconnu Miguel Lemieux.

Valleyfield se compare aisément à Drummondville et Saint-Hyacinthe quant à son développement économique.

Pour l’année en cours, 60 nouvelles entreprises de commerces et services ont ouvert leurs portes. Une performance en hausse de 34 % par rapport à l’année précédente.  En dollars, on chiffre ce développement à plus de 39,8 millions $, ce qui est supérieur à Saint-Hyacinthe ou Drummondville.

«On compte sur un savant mélange de familles qui tiennent le fort depuis des années. D’autres qui passent la main. Et d’une nouvelle génération qui s’ajoute et qui comprend des gens d’ici et de l’extérieur», a révélé le maire.

Ailleurs dans la Ville, on a noté l’avènement de la Distillerie 3 Lacs, du Garde Manger Bio et de M.O.N. informatique ainsi que la vente et des investissements majeurs à venir à l’Hôtel Plaza.

L’attraction du 47, Nicholson

De nombreux gens de la communauté d’affaires étaient présents au dévoilement du bilan économique de Valleyfield.

Le secteur de la rue du Marché bat toutefois de l’aile. On y retrouve plusieurs locaux vides et on ne ressent pas la même effervescence. «Le 47, Nicholson [l’ancien poste de police], va être un aimant exceptionnel, prévient Miguel Lemieux. On envisage amener une place publique entre l’édifice et l’hôtel de ville. On veut attirer les gens là pour que le centre-ville marche. Il y aura un effet immédiat sur ce qui se retrouve autour. »

Les hommes qui ont fait une promesse d’achat ont jusqu’au mois de juin pour présenter un projet. Des rumeurs font état d’un resto-bar, genre de commerce qui entraînerait un effet d’entraînement selon M. Lemieux.

Ce dernier est revenu sur son idée d’inciter les propriétaires de locaux vides à être plus actifs. Il a mis de l’eau dans son vin, parlant d’un «savant mélange de bâton et de carotte». Pour lui le phénomène est centralisé autour de l’hôtel de ville et le projet à venir au 47, Nicholson pourrait être un levier.

Maude Leduc a décrit l’effervescence de la rue Victoria.

Dans la dernière année et projets futurs sur Victoria

Acquisition de la Chocolaterie Giroux
Relocation de Patbershop
Relocalisation de D-Chaîné
Relocalisation de la Pantalomanie
Développement d’un centre de soins corporels et espace lounge
Mise en place d’une microbrasserie

Quelques chiffres

Marché de 76 000 personnes
968 commerces et entreprises de services
4 zones commerciales avec une circulation évaluée entre 8000 et 35 000 véhicules par jour
508 millions $ d’investissement industriel en trois ans
448 nouveaux emplois
3000 étudiants
6300 navetteurs
648 nouveaux arrivants depuis 2017

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Claude Lemieux Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Claude Lemieux
Guest

Il y a aussi du positif, tenu sous le silence, pour la rue du Marché, avec l’arrivée, au cours de la dernière année, de Voyage Vasco, Fourchette &Pigment, Confiserie Clémex et un magasin de meubles usagés. Le tout, entre les rues St-Thomas et Nicholson.