Actualités
culture

Toute une mosaïque d’artistes pour le 18e Festival des arts visuels

le mercredi 09 mars 2022
Modifié à 13 h 00 min le 09 mars 2022
Par Yanick Michaud

ymichaud@gravitemedia.com

L’artiste Monica Brinkman juge que nous pouvons concevoir notre conscience collective comme une mosaïque où l’individu est en relation avec sa communauté et où chaque personne jour un rôle crucial et occupe une place essentielle. Elle sera la présidente d’honneur du 18e Festival des arts visuels de Salaberry-de-Valleyfield qui se tient les 30 et 31 juillet. (Photo Journal Saint-François – Yanick Michaud)

Monica Brinkman veillera à mettre en place une formidable mosaïque d’artistes dans le cadre d’un évènement culturel majeur cet été, le 18e Festival des arts visuels de Salaberry-de-Valleyfield.

« Ça signifie que ce sera un moment pour célébrer. Malgré la tristesse vécue actuellement, on doit continuer de célébrer », lance l’artiste professionnelle qui a eu une pensée pour la paix au moment de dévoiler les grandes lignes de ce rendez-vous culturel fort couru au parc Delpha-Sauvé.

C’est sous la thématique Tout est mosaïque! qu’une soixantaine d’artistes viendront célébrer les arts visuels et un retour à la normale les 30 et 31 juillet dans ce lieu magnifique.

« La Ville se démarque dans la promotion des arts. Ce n’est pas rien une 18e édition pour un festival qui demande beaucoup d’organisation et pour lequel il y a de nombreux éléments à prendre en compte. Ce Festival des arts visuels fera du bien au moral dans le cadre de cet été des retrouvailles. Ce sera un évènement incontournable », relate à son tour le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux.

Des mosaïques grandioses

« L’individu est en relation avec sa communauté. Comme une mosaïque sociale », image Monica Brinkman qui pratique l’art très ancien de la mosaïque. Conçus d’un assemblage de tesselles, ces multiples fragments de pierre, de verre, de céramique ou de marbre sont destinés à créer des images structurées.

Cet art est traditionnellement décoratif, mais il connaît depuis quelques années une renaissance où la liberté de création est encouragée et l’utilisation de matériaux est plus variée. « La thématique inspire déjà les artistes avec qui j’ai eu la chance de discuter dans les derniers jours », indique Émilie Fortier, coordonnatrice du Festival.

Déjà des inscriptions

D’ailleurs, les artistes en arts visuels intéressés à exposer leurs œuvres cet été sur la plaine au pied de la montagne du parc Sauvé doivent rapidement s’inscrire. Cette fin de semaine haute en couleurs attire énormément.

« Nous limitons les inscriptions à 60 artistes qui sont installés dans une quinzaine de chapiteaux. Nous pourrions en avoir plus, mais on veut laisser la chance aux gens de bien voir tout ce qui leur est présenté », indique Pierre Crépeau, coordonnateur à la vie culturelle de Valleyfield.

Les inscriptions pour ce rendez-vous unique sont ouvertes jusqu’au 28 mars. Les artistes qui participeront au symposium pourront créer devant public et vendre leurs œuvres. Ssans compter qu’ils pourraient devenir le coup de cœur du public. « Il y a des artistes qui vendent beaucoup de leurs tableaux année après année. Douze, quinze, voire seize œuvres dans le week-end », ajoute Pierre Crépeau enthousiaste.

Une exposition dans le chalet du parc Delpha-Sauvé mettra de l’avant les œuvres créées sous la thématique de la mosaïque. « Nous donnons carte blanche à notre présidente d’honneur qui colore l’évènement à sa manière. L’imagination des artistes amène des interprétations merveilleuses. L’édifice Jean-H. Besner servira aussi de lieu pour les activités d’animation en lien avec la thématique.

Enfin, l’Allée des saveurs, avec cette fois une douzaine d’exposants, sera de retour.

 

 

Dernières nouvelles