Sortir du labyrinthe: une marche vers la lumière pour Raymond Paul

Sortir du labyrinthe: une marche vers la lumière pour Raymond Paul
Le romancier Raymond Paul est originaire de Valleyfield. (Photo : Photo - gracieuseté))

Le romancier Raymond Paul publiera prochainement son quatrième livre. Sortir du labyrinthe décrit une marche vers la lumière qui prend place à Valleyfield, d’où l’auteur est originaire. 

M. Paul s’est inspiré du dernier film d’Ingmar Bergman, Sarabande, pour développer le récit de son roman. «La fin de ce film est très prenante, mentionne l’auteur. Il y a le personnage d’une mère, joué par Liv Ulmann, qui va voir sa fille internée en institution. Elle m’a donné le personnage de Suzanne. Mais j’ai opté pour une démarche inverse au film. C’est plutôt une marche vers la lumière. Elle se libère de son labyrinthe intérieur, d’où le titre. »

Le roman ne traite pas de la santé mentale, mais plutôt des forces d’inclusion et des liens familiaux. Après 12 ans dans un institut psychiatrique, Suzanne devient d’ailleurs un pivot familial. Elle soutient ses proches et devient une précieuse confidente.

Le personnage féminin principal vient de son roman précédent, Léa devant la mer. «J’ai voulu développer ce personnage pour mieux comprendre sa perte de contrôle, dit le romancier. J’ai voulu le développer davantage. »

Il s’agit d’un bouquin de plus de 300 pages dans lequel Raymond Paul s’est investi. Il s’est laissé guider par le récit et ses personnages. «Quand je commence, je ne sais jamais où je m’en vais, assure-t-il. Ça me donne l’impulsion d’écrire. Je refuse de dresser un plan; je ne le suivrais probablement pas de toute façon. »

Le roman Sortir du labyrinthe sera disponible le 17 mars.

Valleyfield bien présente

La famille maternelle de M. Paul origine de Valleyfield. Son grand-père aurait d’ailleurs fait sa demande en mariage au coeur du parc Salaberry.

L’auteur, un retraité de l’enseignement en littérature au Cégep Édouard-Montpetit, a campé son récit dans des lieux qu’il connaît bien.

Une scène importante se déroule lors d’une représentation théâtrale à la salle Albert-Dumouchel. La baie Saint-François est aussi un lieu nommé alors que Suzanne et son conjoint François habitent du côté de Bellerive. La contemplation de la baie permet à Suzanne d’y puiser une certaine force.

Le goût d’écrire

Bien qu’il ait oeuvré dans l’enseignement de la littérature plus de 30 ans, Raymond Paul ne s’était jamais imaginé auteur pour autant. «Avec le goût de la lecture, tu deviens un meilleur lecteur, dit-il. Et plus tu les entretiens, plus ça peut déboucher sur le désir d’écrire. Pour moi, la passion de l’écriture s’est développée avec le temps. »

Sortir du labyrinthe, sera sur les tablettes des libraires le 17 mars. La pandémie a entraîné le report du lancement. L’auteur a pu tenir son livre dans ses mains avant Noël, et il a bien hâte de partager son histoire.

Surtout que Raymond Paul a déjà une cinquantaine de pages d’écrites pour son prochain roman.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires