Soirée-conférence sur les richesses de la Covey Hill

Par Mario Pitre
Soirée-conférence sur les richesses de la Covey Hill
La Covey Hill possède des richesses écologiques importantes.

Les richesses parfois méconnues du secteur de la Covey Hill seront mises en évidence lors d’une soirée-conférence organisée par l’organisme Conservation de la nature Canada.

L’événement ouvert gratuitement au grand public se tiendra le jeudi 31 mars à compter de 18 h 30 aux Vergers Hillspring, 1019, route 202 à Franklin.

Il débutera par un historique de la Covey Hill présenté par Gregg Edwards de la Société historique de la Vallée-de-la-Châteauguay. Puis, Carine Deland, de Conservation de la nature Canada traitera de la richesse écologique de la Covey Hill.

Un agronome de l’Institut de recherche et de développement en Agroenvironnement (IRDA), Gérald Chouinard, présentera des pistes de solution avancées afin de produire des pommes sans affecter la biodiversité. La rencontre, qui alternera en français et en anglais, se terminera avec une table ronde sur les défis et objectifs à venir.

Espèce en péril

Rappelons que l’organisme Conservation de la nature Canada a déjà identifié le secteur de la Covey Hill comme un rare refuge pour les salamandres des ruisseaux, en particulier la salamandre sombre des montagnes, une espèce considérée en péril au Canada.

«Celle-ci ne vit qu’à deux endroits au pays, soit sur le mont Covey Hill en Montérégie, et en Ontario, dans une petite section de l’escarpement de Niagara. À 340 mètres d’altitude, le mont Covey Hill est l’extension la plus nordique du massif montagneux des Adirondacks. Il chevauche le territoire de deux municipalités de la MRC du Haut-Saint-Laurent : Havelock et Franklin, et s’étend jusque dans l’État de New York», peut-on lire sur le site de l’organisme.

CNC travaille à la protection des ruisseaux, des forêts et des milieux humides de cette région et au maintien leur intégrité écologique au profit des salamandres de ruisseaux. Un laboratoire naturel y a été établi; on y étudie différents aspects de l’environnement naturel, tels que l’hydrologie unique de la région, en partenariat avec plusieurs universités, dont l’Université du Québec à Montréal.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
trackback

[…] de fonds et à ses partenaires, dont le Programme Interactions communautaires, CNC a protégé plus de 1 400 hectares d’habitats naturels d’intérêt entre le lac Saint-Louis et le lac […]