Savoir se renouveler pour affronter des défis constants

Savoir se renouveler pour affronter des défis constants

Il existe de nombreux défis pour les gens d’affaires, dont celui de s’adapter aux frais de douanes de l’aluminium qui pourrait compromettre une partie de l’industrie. Il en a été question au cours de la plénière organisée par la Chambre de commerce.

Crédit photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin

Que ce soit dans l’industrie brassicole, dans l’événementiel ou au sein d’une compagnie familiale qui s’est étendue à la grandeur de la province, le défi demeure celui de s’adapter et de continuer à se développer.

Mardi, une soixantaine de représentants d’élus, de gens d’affaires, de partenaires et de fournisseurs de la région se sont réunis, à l’invitation de la Chambre de commerce et d’industrie de Beauharnois, Valleyfield et Haut-Saint-Laurent, pour rencontrer les représentants de l’Association des brasseurs du Québec et ses membres, les grands brasseurs Labatt, Molson Coors et Sleeman. Le directeur général, Patrice Léger Bourgoin était accompagné de Michel Poirier qui tient le même rôle aux Régates de Valleyfield et de Jean-Sébastien Prévost également directeur général de Fût Idéal au cours d’une plénière animée par le journaliste économique François Gagnon.

« Dans les brasseries, nous avons su nous adapter au fil du temps et c’est notre force. Les consommateurs exigent de la diversité et nous savons l’offrir », a lancé Léger Bourgoin devant les gens d’affaires.

Pour Michel Poirier des Régates de Valleyfield, 80 ans de courses, c’est également l’adaptation qui a su sauver la mise à une époque. « Nous avons ajouté le volet spectacle et ça a permis de donner un second souffle. Ça a attiré une clientèle différente et nouvelle », a expliqué celui dont l’évènement se retrouve dans les 27 plus gros de la province, dont près d’une vingtaine dans Montréal et Québec.

Se renouveler et innover

Si au départ la compagnie tenait dans le sous-sol d’un garage, Fût Idéal contrôle maintenant plus de 20 000 lignes de bière en fût dans la province. Plus de 75 % de la bière vendue dans les bars au Québec provient des fûts. « Il a fallu innover, offrir un bon service à la clientèle. Lorsqu’on recule seulement une décennie en arrière, quand il y avait deux lignes de fût dans une taverne, c’était une belle offre. Maintenant, les restaurants, les bars, offrent une douzaine de choix à leurs clients qui en veulent toujours plus », a dit Prévost qui a su grandir au sein de l’entreprise familiale, au point d’en devenir le directeur général.

Le partenariat entre les brasseurs et les industries en région aide beaucoup au déploiement et aux retombées socioéconomiques positives.

« L’industrie brassicole est une belle histoire. On a des partenaires, comme les Régates de Valleyfield, qui aident à faire connaître nos produits, mais également des fournisseurs, comme Fût Idéal, qui nous aident à les vendre », a déclaré le directeur général de l’ABQ, Patrice Léger Bourgoin.

« Molson a toujours été un accompagnateur, il nous a aidés dans notre développement, notamment grâce à des campagnes promotionnelles. L’objectif ultime était de ramener des gens à Valleyfield », a expliqué Michel Poirier, directeur général des Régates de Valleyfield. « L’association avec Molson nous a permis d’aller chercher une notoriété, ce qui nous aide à faire rayonner nos évènements. Les Régates de Valleyfield c’est des retombées de 5,6 M$ pour Valleyfield », a-t-il admis.

Poster un Commentaire

avatar