Sauvés le 1er juillet près de l’Île Juillet

Par Yanick Michaud
Sauvés le 1er juillet près de l’Île Juillet
Naviguer sur l'eau dans la région à l'heure actuelle, près des barrages d'Hydro-Québec, comporte sa part de risques en raison du fort débit de l'eau. (Photo : Photo Yanick Michaud)

Une sortie de pêche aurait pu mal tourner pour un couple emporté par le courant et sauvé in extremis par les pompiers de Valleyfield.  

Le 1er juillet vers midi, les sauveteurs ont reçu un appel indiquant que deux plaisanciers à bord d’une chaloupe se trouvaient en difficulté aux abords de l’île Juillet sur le fleuve Saint-Laurent dans le secteur Saint-Timothée.

« Leur bateau, doté d’un petit moteur a été aspiré par le courant. Il faut dire que le débit qui mène au barrage d’Hydro-Québec est très fort actuellement », narre Michel Ménard, directeur du service incendie.

Le couple a pu agripper un câble d’acier. Ils ont tenu bon jusqu’à ce qu’un passant les aperçoive et alerte les sapeurs. « Ils ont tenu tant bien que mal pendant un long moment. En fait jusqu’à notre arrivée. Il a été alors difficile de communiquer avec eux en raison du bruit du courant. Mais après deux tentatives de les aborder, nous avons pu recevoir leur ancre. Ils ont été accrochés, ramenés dans notre bateau et ensuite leur embarcation a été remorquée », raconte Michel Ménard.

Il ajoute que ses hommes, qui avaient obtenu le renfort de Coteau-du-Lac, ont utilisé la plus grosse embarcation du service. « Ça prend un gros moteur dans ce secteur. Sinon, ce n’est pas assez fort pour vaincre le courant », admet-il, jugeant que les deux navigateurs n’étaient pas équipés convenablement pour cette portion du Fleuve.

Message de sécurité

Les pompiers avaient demandé à Hydro-Québec de baisser les portes afin de réduire le débit. « C’est dangereux. C’est un secteur avec beaucoup de courant. Les gens n’ont pas idée à quel point ils peuvent se ramasser dans les portes », explique Michel Ménard qui a eu un bon mot pour son équipe. « Ils ont réalisé une belle manœuvre. Mais ça devrait commencer par de la prévention. Les gens doivent comprendre le message », conclut le pompier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des