Saint-Polycarpe ne sera pas Hockeyville 2019

Par Yanick Michaud
Saint-Polycarpe ne sera pas Hockeyville 2019
Malheureusement Saint-Polycarpe a mordu la poussière dans le concours Hockeyville 2019, mais personne n'a à rougir puisque la mobilisation a prouvé que des actions peuvent être posées. (Photo : Pierre Langevin)

Les festivités organisées pour le dévoilement de la communauté Kraft Hockeyville 2019 ont coupé court à Saint-Polycarpe quand le commissaire de la Ligue nationale de hockey a dévoilé que c’est Renous au Nouveau-Brunswick qui remportait la palme.

Une chape de plomb s’est abattue sur les centaines de partisans réunis à la Salle Maurice Ravary du Centre sportif Soulanges entre la première et la deuxième période du match Stars contre Canucks. Gary Bettman a alors dévoilé que le milieu néo-brunswickois remportait les 250 000 $ et la présentation d’un match hors-concours de la LNH l’automne prochain.

Pour Saint-Polycarpe, il reste 25 000 $ et des équipements de hockey, tous comme deux autres communautés canadiennes. « C’est une déception, nous visons toujours à être les premiers. Mais ça fait partie de la game. C’est la loi du sport. Il y a un gagnant et il y a des perdants. Mais de notre côté, nous sommes gagnants quand même. Nous ne sommes pas les grands gagnants, mais nous avons gagné quelque chose. La mobilisation, la solidarité régionale et une merveilleuse visibilité », explique Jean-Yves Poirier, le maire de Saint-Polycarpe. « Nous avons eu de nombreux appuis et maintenant, il faut se retrousser les manches, parce que le but est de continuer à offrir des activités à nos jeunes et moins jeunes qui veulent jouer au hockey, patiner, s’amuser », dit le premier citoyen, qui a aussi remercié ceux qui ont voté des centaines de milliers de fois.

Vive déception

Emballées et encouragées, des centaines de personnes s’étaient réunies à l’aréna pour écouter en direct le verdict. Le journal Saint-François a pu constater la déception sur les visages au moment de l’annonce. « C’est décevant, on a fait tout ce qu’on pouvait. Mais ils ont sans doute fait beaucoup. De notre côté, nous allons laisser retomber la poussière. Mais il y a encore beaucoup à faire et à mettre parce que les jeunes veulent jouer au hockey. On l’a bien vu. Tout comme on a vu cette belle mobilisation. C’est encourageant et on espère que ça va continuer. On va aussi voir ce que les élus vont vouloir faire ensemble », lance Martin Desrosiers, directeur du Centre sportif.

Quant à la députée Marilyne Picard, quelques minutes avant le verdict elle mentionnait être heureuse d’avoir vu ce mouvement de masse pour sauver l’amphithéâtre. « Ça prouve que les gens veulent quelque chose. On va voir de notre côté ce qu’il est possible de faire et on va essayer de faire bouger à Québec », a-t-elle dit, vêtue d’un maillot des Pionniers de Soulanges.

De nombreux appuis et des solutions à trouver

Un citoyen soulangeois a dit que maintenant, il faut trouver une solution. « Les gens ont voté. Mais maintenant, il faut continuer et demander aux gens de piger dans leurs poches. Ce sera différent. Mais je suis persuadé qu’il y a quelque chose de positif à retirer de tout ça. »

Éric Gagnon de l’association de hockey mineur de Soulanges y voir aussi du positif à retirer. Mais il sait qu’on devra se retrousser les manches pour sauver la saison des hockeyeurs et des patineuses. « Nous restons finalistes, malheureusement, mais nous sommes quand même heureux. Ça a été une superbe expérience, nous avons su démontrer à quel point la communauté a besoin du Centre sportif Soulanges. Ensemble nous pouvons continuer d’effectuer ce travail ardu pour réunir citoyens, municipalités et palliés gouvernementaux, pour atteindre notre objectif de sauvegarder et d’assurer la pérennité du sportif pour les 25 prochaines années. Nous tenons à remercier tous nos partisans et Kraft Hocheyville pour cette belle expérience », lance-t-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des