Que nous réserve 2020 ?

Par Mario Pitre
Que nous réserve 2020 ?
(Photo : Gravité Média)

Une décennie vient de se terminer, alors qu’une autre est déjà en marche. L’année 2020 sera-t-elle marquante pour la région de Salaberry-de-Valleyfield ? Pour vous, pour nous ?

Nous ne possédons pas de boule de cristal pour prédire l’avenir, mais certains événements de derniers mois permettent néanmoins de prévoir les tendances sociales et économiques qui teinteront la prochaine année dans la région.

D’une part, le centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield pourrait changer de visage d’ici la fin de 2020. Le projet de reconversion de l’ancien poste de police en espaces commerciaux devrait connaître des développements au cours des prochains mois. Un promoteur s’est engagé à investir plus de 1 M$ pour mettre l’édifice aux normes, alors que l’investissement global devrait atteindre les 2 M$.

Qui plus est, l’incendie qui a détruit des bâtiments commerciaux et résidentiels de la rue Nicholson le 30 décembre dernier pourrait laisser place à de nouveaux projets.

D’autres projets commerciaux pourraient aussi jaillir sur le boul. Mgr-Langlois, notamment sur l’ancien site du Restaurant du Boulevard. C’est sans compter l’ouverture éventuelle, d’ici la fin-mars, d’une succursale de la Société Québécoise du Cannabis.

Dans la même veine, du côté industriel, l’entreprise TGOD devrait déjà avoir entrepris la production de son cannabis biologique. Reste à voir comment se comportera le marché. L’entreprise JPB Énergies doit aussi compléter la construction de sa nouvelle usine de cogénération d’une puissance de 9,75 mégawatts, à l’angle des boulevards Des Érables et Gérard-Cadieux.

Et puisque la région connaît un développement accentué depuis quelques années, il ne serait pas surprenant de voir l’annonce de nouveaux projets d’investissements majeurs cette année.

Sur la scène sportive, il sera intéressant de voir jusqu’où se rendront les Braves de Valleyfield en séries de la LHJQ, eux qui ont connu une première moitié de saison victorieuse. L’année 2020 est également une année olympique et tous espèrent que la kayakiste Campivallensienne Florence Maheu puisse s’ajouter aux athlètes d’ici qui ont vécu cette expérience ultime.

Bien sûr, 2020 amènera sans doute plusieurs autres événements ou développements encore imprévisibles, ou encore découlant de l’actualité nationale et internationale. Une chose est sûre, c’est que l’équipe du Journal Saint-François sera au poste pour en rapporter les faits marquants.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des