P.J. Stock donne de son temps aux suivantes

P.J. Stock donne de son temps aux suivantes

P.J. Stock a su créer une belle chimie avec les filles de l’équipe de hockey féminin du Sud-Ouest et il s’est réjoui de chaque moment, sur ou hors glace.

Crédit photo : Yanick Michaud

Habitué au rythme enlevant d’une vie de joueur dans la Ligue nationale de hockey, P.J. Stock n’en a pas moins apprécié son passage comme adjoint de l’équipe de hockey féminin du Sud-Ouest aux Jeux du Québec.

« C’est une incroyable première fois. Je suis vraiment admiratif devant cette équipe de 17 jeunes filles qui proviennent de neuf équipes différentes. Elles ont dû faire des sacrifices pour pouvoir compétitionner contre des équipes mieux préparées. Nous n’avons eu que six pratiques à peine pour nous entraîner ensemble. Je considère que ce qu’elles ont fait est exceptionnel », dit celui dont la fille, Peyton, évolue dans la formation arborant le bleu et le vert. « Pour elle aussi c’est incroyable. Et ce sont ses deuxièmes jeux. Elle joue dans le bantam AAA pour le Lac Saint-Louis et elle a dû affronter quelques coéquipières au cours du quart de finale. C’était un match émotif. Il y avait beaucoup d’émotions, mais c’est ce qu’il y a de bien avec le sport. Le meilleur de toi sort en compétition », lance l’ancien porte-couleurs des Bruins, des Flyers, des rangers, mais aussi du Canadien.

Offrir de son temps

Par ailleurs, une autre fille de P.J. Stock évolue dans le pee-wee AAA et pourrait prendre part aux Jeux du Québec de Rivière-du-Loup en 2021. « Je ne sais pas encore si je prendrai part à cette aventure. Je suis déchiré. C’est énormément de sacrifices. Mais quand tu vis un moment comme après la défaite contre Lac Saint-Louis, par la marque de 3-1, que tout le monde pleure, tu vois qu’elles ont joué avec leur cœur », explique celui qui se dit privilégié d’avoir rencontré de bonnes personnes sur sa route. « J’ai eu l’opportunité d’aller loin dans le hockey parce que des gens ont donné des efforts et de l’énergie pour moi. Donc, à mon tout, je me dis que je dois le faire, et je le fais avec plaisir », conclut l’entraîneur adjoint au grand cœur.

Commenter cet article

avatar