COVID-19
Actualités

Pas de mesures sanitaires réintroduites malgré la hausse des cas

le vendredi 08 avril 2022
Modifié à 0 h 00 min le 09 avril 2022
Par Eric Tremblay

etremblay@gravitemedia.com

Dr Luc Boileau, directeur national de la santé publique par intérim. (Photo - capture d'écran)

Bien que la nombre de cas d'infection à la COVID soit en hausse, et qu'il devrait demeurer élevé encore deux semaines, la Santé publique n'envisage pas de proposer de ramener des mesures sanitaires contraignantes.

Tel est le constat fait par Dr Luc Boileau, directeur national intérimaire à la Santé publique, lors d'une mise à jour effecutée vendredi matin. Au Québec, les hospitalisations augmentent, puisqu'on dénombre plus de 1600 infections par jour. Le variant B.A. 2 comporte une plus grand contagiosité, environ 30 à 40 % de plus que son prédécesseur. 

«Nous n'avons pas de projections qui démontrent que le nombre d'infections entraîneraient des hospitalisations en plus grand nombre que ce que nous avons vécu en janvier, a-t-il mentionné. Mais on s'attend à ce que la vague va durer deux semaines.»

Le profil évolutif de la situation pandémique au Québec donne espoir que la sixième vague qui frappe actuellement heurtera elle-même un écueil d'ici la fin du mois. 

La Santé publique garde donc le cap vers un retour à une vie normale dans la mesure du possible. Pour y arriver, Dr Boileau appelle à la plus grande vigilance, notamment à l'approche du congé pascal. Il est important d'observer ses symptômes et de procéder à un dépistage selon le cas échéant. «C'est une question de civisme, de santé et de maladies graves pour certains», a-t-il lancé.

Les absences sont nombreuses dans le réseau de la santé. Si bien que du délestage de services pourrait être provoqué par la situation. Dr Luc Boileau parle toujours d'une zone de fragilité.

Dernières nouvelles