Opération à Beauharnois : les conditions de recherche étaient difficiles

Valérie Gagnon - Gravité Média
Opération à Beauharnois : les conditions de recherche étaient difficiles
(Photo : Valérie Gagnon)

Les conditions hivernales n’ont pas facilité les recherches de l’homme qui s’est jeté à l’eau devant la Centrale hydroélectrique à Beauharnois, le mercredi 5 février, selon le directeur du Service des incendies de la Ville de Beauharnois Jean-Maurice Marleau.

L’appel a été logé à 9 h 48. Un premier véhicule de pompier est arrivé à 10 h 13. L’opération s’est terminée à 13 h 30.

«Quand nous sommes arrivé sur les lieux la police nous a mentionné que le témoin avait vu le corps aller au large. Les conditions hivernales n’aident pas, le lendemain de l’événement, le lac était gelé et ça complique les recherches », indique M. Marleau.

Près d’une vingtaine de pompier de Beauharnois, Châteauguay et Montréal ont été dépêché sur les lieux. Trois embarcations de sauvetage ont été déployés aux cours de l’opération et deux hélicoptères ont fait de la patrouille dans les airs pour repérer le corps.

La police de Châteauguay a demandé l’assistance de la Sûreté du Québec dans ce dossier, indique Nathalie Langevin, porte-parole du Service de police de Châteauguay.

L’homme qui a sauté dans le canal de Beauharnois est âgé de 31 ans. Ses proches ont contacté Le Soleil de Châteauguay afin de savoir pourquoi les autorités n’ont pas poursuivi les recherches les jours suivant comme pour le cas des deux motoneigistes français au lac Saint-Jean. Questionnée à ce sujet, la SQ n’a pas voulu émettre de commentaires.

Il existe de l’aide dans la région pour les personnes en détresse: Le Tournant au 450 371-4090

À lire aussi : Opération à la Centrale de Beauharnois

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des