Nouvelle forêt urbaine au parc du Ruisseau

Nouvelle forêt urbaine au parc du Ruisseau

Une quarantaine d’élèves de 3e année de l’école Marie-Rose ont pris part à une plantation symbolique le 28 septembre au parc du Ruisseau.

Crédit photo : Journal Saint-François Pierre Langevin

La contribution de plus de 140 citoyens bénévoles et d’une quarantaine d’élèves de l’école Marie-Rose a permis la naissance d’une nouvelle forêt urbaine au parc du Ruisseau, dans le secteur Notre-Dame-du-Sourire.
Ainsi, c’est pas moins de 235 arbres et arbustes qui ont été mis en terre lors de deux activités de plantation organisées par le groupe CRIVERT dans le cadre du programme « Kilométrage carboneutre », de concert avec le programme « Vers les arbres et la nature Canada 150 » et son appui financier de 4430 $.

Bénévole de Crivert, Robert Poupard a sensibilisé les jeunes à la flore québécoise. (Crédit photo : Journal Saint-François Pierre Langevin)

À l’origine de l’initiative, Robert Poupard, bénévole de CRIVERT, a rappelé que «les changements climatiques sont accélérés par les émissions de gaz à effet de serre et nos moyens de transport sont en cause. Le moyen le plus simple de piéger les gaz à effet de serre (GES) est celui de la photosynthèse. Alors, plantons des arbres! »
Pour soutenir cette initiative, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield a offert les services essentiels à la réalisation du projet tels que : creusage, fourniture de matériel et d’outils et le soutien en termes de communication. La Ville assurera aussi l’entretien et les soins à venir : fauchage, arrosage, taille de formation, etc.
Ce projet est aussi un laboratoire de l’écocitoyenneté où se fait le lien entre société et nature. La participation des gens aux activités de plantation les rend plus attentifs à leur territoire. C’est aussi une activité intergénérationnelle qui met en lien « Un arbre, une vie » des élèves de l’école Marie-Rose conscientisés et un bénévole qui partage sa passion des arbres avec eux.

En tout, ce sont 235 arbres qui ont été plantés dans le cadre de ce projet. (Crédit photo : Journal Saint-François Pierre Langevin)

Après les différentes allocutions, Robert Poupard, a fait la lecture, entouré des enfants de 3e année de l’école Marie-Rose, de l’un de ses écrits intitulé « Flore oubliée du Québec » rappelant les noms imagés donnés autrefois aux plantes et aux arbres par ceux qui n’étaient pas botanistes, mais des explorateurs, missionnaires, coureurs des bois et colons alors qu’ils découvraient la végétation du Québec.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar