Mélodie Daoust veut redonner au suivant

Par Denis Bourbonnais
Mélodie Daoust veut redonner au suivant
L’olympienne originaire de Salaberry-de-Valleyfield, Mélodie Daoust aura son école de hockey pour les filles âgées de 6 à 16 ans. (Photo : (Photo: Journal Saint-François - Pierre Langevin) )

HOCKEY FÉMININ. La double médaillée olympique Mélodie Daoust veut retourner l’ascenseur aux gens qui l’ont épaulée dans son parcours athlétique en organisant une école de hockey pour les filles à l’aréna Salaberry.

Visant le développement du hockey féminin dans la région, cette nouvelle activité se tiendra du 16 au 20 juillet et une équipe d’entraîneuses élites sera sur place pour aider les joueuses à améliorer leurs habiletés.

«C’est gratifiant de revenir dans ma ville natale et de donner au suivant. Participer à mon école de hockey permettra aux filles d’apprendre tout ce qui est nécessaire pour passer au prochain niveau», a exprimé l’olympienne originaire de Salaberry-de-Valleyfield, mercredi, lors d’une rencontre de presse qui se déroulait au restaurant de l’aréna de la rue Nicholson.

La double médaillée des Jeux Olympiques veut donner la chance aux jeunes hockeyeuses d’apprendre des meilleures joueuses au monde. Elle peut compter sur l’appui des Centres sportifs et de son président, Martin Lacroix. 

La technique de patinage, le maniement de rondelle et le lancer seront principalement mis en valeur à l’école de hockey qui s’adresse aux filles âgées de 6 à 16 ans. En plus des pratiques sur glace, les participantes pourront assister à des conférences prononcées à l’extérieur de la patinoire par des hockeyeuses renommées qui se sont démarquées aux Jeux Olympiques et dans les ligues universitaires.

La présence de deux hockeyeuses de haut niveau qui ont grandi dans la région, Sarah Lefort et Alexandra Labelle, a été confirmée à la 1ère édition de l’École de hockey Mélodie-Daoust. Toutefois, l’instigatrice préfère garder la surprise en ce qui a trait aux autres hockeyeuses «vedettes» qui feront partie du personnel d’entraîneuses.

Jean-Marc Rochon, promaire de Salaberry-de-Valleyfield, Martin Lacroix, président des Centres sportifs et François Beaudoin, président de l’Association du hockey mineur de Valleyfield, ont accueilli positivement l’initiative de Mélodie Daoust. (Photo: Pierre Langevin)

«Ce sont des filles dynamiques provenant de la NCAA, de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF), du Sport universitaire canadien (SIC) et de l’équipe olympique. Nous allons offrir un enseignement personnalisé qui favorise une progression dans tous les aspects du jeu», assure la championne âgée de 26 ans.

Mélodie Daoust aime se retrouver sur la glace afin de partager sa passion pour le hockey et le sport en général, qui lui ont procuré des souvenirs précieux. Elle croit aussi qu’une athlète devrait adopter plusieurs disciplines sportives afin de parfaire son développement. «Notre programme hors glace comprend une variété de sports et d’activités», mentionne la médaillée d’or aux Jeux de Sotchi en 2014.

«Le développement d’une joueuse de hockey est un long processus. Nous sommes impatientes de suivre l’évolution des filles chaque année et de leur donner l’opportunité d’apprendre des meilleures hockeyeuses au monde», d’ajouter Mélodie Daoust.

Le président des Centres sportifs, Martin Lacroix, et le président de l’Association du hockey mineur de Valleyfield, François Beaudoin se réjouissent de cette annonce qui devrait permettre au hockey féminin de prendre son envol au sein de l’AHMV.

Une capacité de 60 joueuses est possible et le coût d’inscription a été fixé à 475 $. Toutes les informations relatives à la tenue de l’École de hockey Mélodie Daoust sont disponibles sur le site web http://melodiedaoust.com/fr/ecole-de-hockey.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires