Martin Rochon reste en Hydro 350

Par Denis Bourbonnais
Martin Rochon reste en Hydro 350
Les derniers espoirs nourris par le pilote Martin Rochon pour effectuer un retour dans la classe Grand Prix se sont envolés cette semaine et le coureur de Saint-Zotique disputera au moins une autre campagne en Hydro 350 à bord du «RTX Racing» H-773. (Photo : (Photo : Journal Saint-François – Pierre Langevin) )

MOTONAUTISME.  Le pilote d’hydroplane Martin Rochon doit renoncer à son projet de faire un retour dans la classe Grand Prix et il reviendra pour une autre saison aux commandes de son embarcation «RTX Racing» H-773 de la classe Hydro 350 en 2020.

Le principal concerné a confirmé au «Journal Saint-François» qu’il ne pourra réaliser son souhait de joindre la flotte Grand Prix car ses discussions avec des commanditaires potentiels n’ont pas amené les résultats espérés.

Ainsi, le projet pilote que Martin Rochon voulait réaliser avec le motoriste Yves Primeau, en lien avec l’utilisation d’un engin à aspiration naturelle de plus de 600 pouces cubes, ne serait plus envisagé dans un avenir prochain.

Cette décision prise par Martin Rochon fait en sorte que 3 embarcations appartenant au groupe HRL sont toujours sans partenaire-locateur, soit les bateaux GP-25, GP-57 et GP-773 devenu GP-444 à l’été 2018. De plus, James Martin a été dans l’obligation de remettre son «Hot Tamale» GP-43 (ancien GP-9) de fabrication «Bergeron», qui n’a pas touché l’eau la saison dernière malgré les promesses faites à plusieurs reprises.

Une douzaine d’écuries de classe Grand Prix ont signifié leur intention de prendre part aux événements de la Ligue de Régates d’Hydroplanes l’an prochain, dont le «Miss Cléopâtre» appartenant à Lyne Mayer. Le processus visant à trouver un successeur à Mathieu Daoust, décédé en course l’été dernier aux Régates de Brockville, serait à un stade avancé.

Martin Rochon était l’un des 4 candidats pour conduire le bateau qui devrait changer de numéro en raison du retrait probable du «GP-9» mais il a appris que ses services n’ont pas été retenus. Il faut s’attendre à ce qu’un pilote québécois soit l’élu, la classe Grand Prix ne comptant actuellement aucun coureur francophone en prévision de la prochaine saison.

Martin Rochon, qui a fêté son anniversaire de naissance cette semaine, était l’un des 4 candidats pour piloter le «Miss Cléopâtre» de classe Grand Prix en 2020. (Photo: HRL)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des