Mario Hébert : pilier des Braves de Valleyfield

(Source - Dimitri Morand LHJAAAQ)
Mario Hébert : pilier des Braves de Valleyfield
Mario Hébert (deuxième à partir de la gauche), Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield, René Monette, directeur du Service récréatif et communautaire de la Ville ainsi que Stéphane Scotto, copropriétaire des Braves, lors d'une mise au jeu protocolaire de lancement de saison. (Photo: Pierre Langevin)
La population campivallensienne est fortement attachée à son équipe de hockey junior AAA. En temps normal, le soir de match des Braves est un rendez-vous hebdomadaire à Salaberry-de-Valleyfield. Mario Hébert y contribue grandement et depuis longtemps. Au fil des années, il a su faire briller le programme de hockey junior au sein de la communauté.

Avec plus de 25 ans d’expérience en vente, en gestion et en marketing d’affaires derrière la cravate, Mario en est maintenant à sa 18e saison en tant que vice-président des opérations et des communications/marketing avec les Braves.

Enthousiaste de notre sport national depuis son plus jeune âge, il ne va sans dire qu’il est de ceux qui concilient travail et passion.

« À un jeune âge, j’adorais jouer avec mes chums pour le plaisir. En vieillissant, je me suis intéressé de plus en plus à l’aspect business du hockey. »

Des estrades, au bureau

Natif de Salaberry-de-Valleyfield, il assiste à plusieurs matchs en tant que partisan. Ayant l’œil pour les stratégies d’optimisation d’affaires, il ne peut s’empêcher de remarquer quelques lacunes à cet effet. C’est en 2003 qu’il apprend que personne n’est attitré au département du marketing au sein de l’organisation depuis quelque temps.

Il se donne alors comme défi de contribuer à améliorer cet aspect de l’organisation.

« Lorsque j’ai finalement réussi à rencontrer le propriétaire de l’époque, je suis arrivé préparé. Je lui ai dit que j’avais assisté à 14 matchs à domicile cette saison-là et lui ai partagé mes impressions à propos de ce qu’il manquait d’un point de vue business et comment je pouvais contribuer à améliorer ces différentes facettes de l’organisation. »

Engagé sur-le-champ, Mario fait ses débuts avec les Braves. Il a un mandat clair : créer de nouveaux partenariats avec des entreprises locales et stimuler l’engouement des partisans grâce à des stratégies et des outils de marketing efficaces.

Doté d’une expérience professionnelle antérieure dans le milieu, il ne perd pas de temps à atteindre ses objectifs. Renouant l’équipe avec de nombreuses nouvelles commandites et participant à attirer des foules plus importantes aux matchs à domiciles.

« Les leçons tirées des essais-erreurs que j’ai vécues dans ma vie professionnelle me permettent d’opérer efficacement dans mes fonctions avec les Braves. Mon expérience en vente et en marketing m’aide à établir des stratégies de communication novatrices et mon expérience en gestion m’a bien préparé à bâtir une équipe de bénévoles solide et engagée », explique-t-il.

« L’important c’est de bien s’entourer. »

Mario dit toujours avoir attribué une grande importance aux résultats. Il reconnaît toutefois ne pas être seul à travailler fort dans les coins afin d’accomplir ses nombreux mandats, attribuant une majeure partie du succès de son département à son équipe de bénévoles.
« Je suis chanceux de pouvoir travailler avec une équipe si dévouée à notre cause commune qu’est de faire briller les Braves au sein de la communauté. Je travaille avec la même équipe de bénévoles depuis plusieurs années, cela en dit long sur leur implication. Avant, je ne vivais que pour les résultats de mes projets. Maintenant, je vis pour les jeudis soirs à l’aréna en compagnie de mon équipe et des membres de la communauté. »
Travailler en étroite collaboration avec Stéphane Scotto, copropriétaire et directeur général des Braves de Valleyfield, est une autre variable favorable. Les deux hommes travaillent ensemble depuis l’arrivée de Mario en 2003.
« Avoir la chance de travailler avec Stéphane est très important et motivant pour moi. On se connait depuis tellement longtemps qu’on n’a même pas besoin de se parler plus qu’il faut pour remplir nos fonctions respectives. On se comprend, c’est une personne que j’apprécie beaucoup. »
De plus, l’arrivée du nouveau commissaire de la ligue, Kevin Figsby, est une autre source de motivation pour Mario.
« Je crois en ces gens-là, ceux qui vont nous amener à un autre niveau. La ligue en a besoin. J’ai pleinement confiance en M. Figsby. »
Valleyfield, une riche histoire de hockey
L’organisation des Braves compétitionne dans la LHJAAAQ depuis 1998, mais existait bien avant ce temps. Certes, le club a aussi évolué dans la Ligue senior de hockey du Québec (QSHL) à partir de 1945, jusqu’à 1955. L’emblème des Braves d’antan est nul autre que Joseph Hector, mieux connu sous le surnom de «Toe», Blake.
Ce joueur légendaire à nature robuste a joué à l’aile opposée de Maurice Richard, durant les années glorieuses de la Sainte-Flanelle. Après ses 13 saisons en bleu-blanc-rouge, il s’installe à Valleyfield pour terminer sa carrière de joueur. Il se convertit en défenseur et dispute une vingtaine de parties avec les Braves avant d’échanger sa paire de patins contre une paire de souliers cirés, et débute sa carrière d’entraîneur.
C’est derrière le banc des Braves de 1951 à 1955 qu’il construit sa philosophie et ses principes d’entraîneur, avant de rejoindre les Canadiens de Montréal au même titre.
Conscient que cette page d’histoire du hockey junior à Valleyfield occupe une grande place dans le cœur de la communauté, Mario se met au travail. Il fait appel à la population, à la recherche d’artefacts mettant en valeur l’ère de Toe Blake au sein des Braves, afin d’immortaliser la légende sur les murs de l’aréna de Salaberry-de-Valleyfield. Douze ans plus tard, le 8 février 2018, Mario et son équipe dévoilent une grande murale en son honneur lors d’une cérémonie d’avant-match à saveur vintage. Pour compléter le tout, l’équipe embarque sur la glace vêtue d’un uniforme aux couleurs des Braves des années ‘50.
Selon lui, cette réalisation aurait été impossible sans la collaboration de la population et l’implication des commanditaires.
« Le projet est né d’une simple idée, mais pour le réaliser, ça nous prenait des alliés. Lorsque j’ai fait appel à la population pour la recherche d’artéfacts et d’histoires, mon téléphone n’a pas arrêté de sonner pendant plusieurs années. C’est un autre témoignage du sentiment d’appartenance qu’accorde notre communauté aux Braves. »
L’équipe de Mario a réalisé un projet similaire la saison suivante. Le 19 janvier 2019, les Braves ont rendu hommage au National de Valleyfield.
Encore une fois, Les Braves entament le match en portant les couleurs du National et un chandail de match est accroché dans le hall d’entrée de l’aréna, immortalisant l’héritage de l’ancienne équipe Junior B des années ‘70.
Les temps changent, Mario ne change pas
Il se dit autant motivé qu’avant.
« J’ai la tête pleine de nouveaux projets. J’attends juste que ça reparte pour les mettre en œuvre. J’ai hâte qu’on puisse se retrouver à l’aréna. »
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires