Les serres de cannabis de TGOD en voie d’être vendues

Par Mario Pitre
Les serres de cannabis de TGOD en voie d’être vendues
On ignore quels types de culture pourraient éventuellement remplacer le cannabis dans les serres de TGOD. (Photo : Journal Saint-François Archives Pierre Langevin)

Reconnues comme « les plus grandes serres de cannabis biologique au monde », les installations du producteur de cannabis TGOD à Salaberry-de-Valleyfield pourraient être vendues d’ici le mois de juin.

Dans une mise à jour de ses activités, la société The Green Organic Dutchman (TGOD) rappelle la mise en vente de ces installations plus tôt cette année, dans l’objectif d’accroître sa flexibilité financière afin de réduire sa dette et de capitaliser sur les opportunités futures.

Les serres de Valleyfield ont été conçues spécifiquement pour la culture biologique. Les installations disposent de systèmes de climatisation haute performance, d’un système de récupération d’eau et d’un éclairage au LED.

« À ce jour, TGOD… a récemment clôturé le premier tour d’appel d’offres sur son installation de Valleyfield, après avoir reçu plusieurs offres viables. La direction et ses conseillers travaillent sur les détails des offres et prévoient de progresser vers la signature d’un accord d’achat et de vente définitif et la clôture d’ici la fin juin », fait savoir l’entreprise.

Les installations disposent de systèmes de climatisation haute performance, d’un système de récupération d’eau et d’un éclairage au LED. (Journal Saint-François Archives Pierre Langevin)

Par ailleurs, dans l’éventualité où les immenses serres du boulevard Gérard-Cadieux passeraient à de nouveaux propriétaires, tout indique que les activités que mène présentement TGOD dans la fabrication de produits dérivés du cannabis pourront être maintenues.

«Nous sommes satisfaits du niveau des offres pour l’ensemble de l’installation de Valleyfield… De plus, la plupart des offres incluent la possibilité pour TGOD de céder à bail la petite partie de l’installation de Valleyfield que nous utilisons actuellement, de sorte qu’il y aura une perturbation minimale de nos opérations actuelles à l’installation de Valleyfield et aucune obligation pour la société de dépenser des capitaux », explique Sean Bovingdon, pdg de TGOD et directeur financier par intérim.

Entre-temps, TGOD suit de près le processus de décriminalisation et de légalisation du cannabis dans divers États américains, en explorant diverses options stratégiques vers une entrée potentielle aux États-Unis.

La Société continue également de rechercher d’autres opportunités internationales en se concentrant spécifiquement sur l’Allemagne, le Mexique et l’Australie, fait-elle savoir.

 

Pour lire plus de nouvelles à caractère économique sur la Montérégie, rendez-vous sur le site de L’Information d’affaires d’ici.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Frank
Frank
7 jours

Bref, qui achètera et pour y faire pousser quoi?
À part de publiciser une compagnie, cet article n’est pas très informatif….