Les mille et une voix de Véronic Dicaire

Par Mario Pitre
Les mille et une voix de Véronic Dicaire
Véronic Dicaire emprunte les voix d’une cinquantaine d’interprètes féminines dans ce spectacle. (Photo : Journal Saint-François Pierre Langevin)

La chanteuse et imitatrice Véronic Dicaire en a mis plein la vue et les oreilles pour la salle comble qui l’attendait avec impatience jeudi dernier. Un rituel qui s’est répété le lendemain à la Salle-Dumouchel.

D’entrée de jeu, la chanteuse a fait tourner les têtes en se pointant dans l’allée parmi les spectateurs entourée de ses danseurs en interprétant What About Us, de PINK. Déambulant jusqu’à la scène, enveloppée d’un éclairage sophistiqué, la Franco-Ontarienne frappait le coup pour une soirée de deux heures non-stop, parsemée de grands succès dont elle seule peut reprendre les registres vocaux.
« C’est un spectacle qui est super important pour moi, confiait-elle à propos de ce 3e spectacle solo. Je voulais vraiment avoir un habillage scénique avec des éclairages … pour c’était important d’avoir une scénographie qui va beaucoup plus loin dans chacun des départements, autant dans la musique, la danse, les éclairages. »
Tout au long de la soirée, l’imitatrice emprunte diverses thématiques pour explorer l’immense répertoire féminin francophone et anglophone. Avec un humour assuré, elle fait un clin d’œil aux chanteuses qui rrroulent leur « r » en reprenant Parlez-moi d’amour de Lucienne Boyer ou Maudit bordel de Marie-Chantal Toupin.
« C’est super important qu’on respecte les goûts musicaux de tous, que les références soient pertinentes pour toutes les générations », dit-elle.
Suivent les années Jeunesse d’aujourd’hui, thématique qui sourire assurément alors qu’elle reprend la « danse des kangourous » entourée de ses six danseurs. Incidemment, ceux-ci procurent un entourage époustouflant èa l’interprète tout au long du spectacle.

Elle chante et elle danse, entourée de six danseurs avec qui la complicité est évidente. (Photo Journal Saint-François Pierre Langevin)

« Pour ce nouveau spectacle, je souhaitais une présence un peu plus masculine pour mettre en valeur la féminité du spectacle… chacun a ses forces et ça ajoute beaucoup aux numéros. »
C’est pas moins d’une cinquantaine de voix que Véronic Dicaire emprunte durant ce voyage musical. D’ailleurs, elle ne contente pas de les assimiler, elle se permet même des mélanges voix-interprètes qui entraînent des fous rires instantanés. Pas le choix, quand on voit une tristounette Safia Nolin interpréter Y’a de la joie, ou encore Linda Lemay entonner le refrain Saoûl… comme une botte.
Enfin, la thématique des comédies musicales aboutit sur une portion intitulée Céline – The Musical où la chanteuse évoque différents éléments de la carrière de la fierté de Charlemagne.
Véronic Dicaire a mis la barre haute pour ce 3e spectacle et nul doute qu’elle a réussi à l’atteindre.

(Galerie-photos- Pierre Langevin)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des