Les médias anglophones et les propos haineux

Par Denis Bourbonnais
Les médias anglophones et les propos haineux
Maxime Comtois, un résident du secteur Melocheville à Beauharnois, a été la cible d'internautes anglophones de mauvaise fois. (Photo : (Photo: Ligue Junior Majeur du Québec))

OPINION.  La récente saga entourant les propos haineux tenus à l’endroit de Maxime Comtois lors du dernier Championnat mondial de hockey junior est de nature à relancer le débat sur l’identité francophone au sein de la nation canadienne.

Aucun athlète, français ou anglais, ne mérite d’être bafoué sur les réseaux sociaux, d’être la cible de commentaires venimeux qui lui suggèrent de se suicider ou qui lui souhaitent de contracter le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Dans le cas de Maxime Comtois, c’est tout à fait inacceptable que des internautes anglophones sont allés jusqu’à lui imputer l’odieux de la défaite subie par la formation canadienne aux mains des Finlandais, les éventuels champions, en quart de finale.

Si Owen Tippett, Morgan Frost ou un autre joueur anglophone n’avait pas marqué sur le tir de pénalité qui aurait procuré la victoire à l’équipe canadienne en prolongation, cette défaite amère n’aurait probablement pas suscité de telles réactions extrêmes. D’autant plus que dans un sport dominé depuis plusieurs années par les gardiens de but, le taux de réussite des tireurs sur les lancers de pénalité est inférieur à 30% dans la Ligue Nationale de hockey. Les bas pointages enregistrés à partir de la ronde quart-de-finale à Vancouver témoignent de la difficulté à compter des buts dans le hockey d’aujourd’hui.

Certains amateurs ont la mémoire courte, si l’on considère que Maxime Comtois a été l’un des artisans de la conquête de la médaille d’or par l’équipe unifoliée en janvier 2018. Le choix de 2e ronde des Ducks d’Anaheim, qui habite le secteur Melocheville à Beauharnois, n’est d’ailleurs pas le seul francophone à avoir reçu un traitement injustifié de la part d’anglophones au cours des derniers mois.

Il faut se demander si certains médias anglophones n’attisent pas le feu en lien avec ces épisodes de cyberintimidation. Un autre hockeyeur de chez nous, Nicolas Deslauriers est fréquemment un sujet de conversation sur les ondes de la station radiophonique TSN 690 à Montréal. Son utilisation avec le Canadien est constamment remise en question et un animateur a même avancé que Deslauriers ne serait qu’un élément de relations publiques pour plaire au public francophone.

A Toronto, Bryan Hayes et Jeff O’Neill se plaisent à ridiculiser le centre des Maple Leafs, Frédéric Gauthier, à l’émission «OverDrive» diffusée par la station TSN 1050 à l’heure du souper. «The Goat» (la chèvre), un surnom peu flatteur qui fait référence à un souffre-douleur, subit régulièrement les moqueries des animateurs. Ces derniers ont été mesquins envers l’attaquant natif de Laval à la suite d’un récent match où Gauthier a obtenu deux points.

Avec de tels comportements, combinés aux agissements du premier ministre ontarien Doug Ford, la souveraineté du Québec va demeurer à l’agenda de nombreux francophones de «La Belle Province».

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Sally Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Sally
Guest
Sally

I’m an anglophone and I’ve followed Maxine thru midget aaa , junior, tournaments, followed him thru the draft and hope and expect to see him in the nhl… don’t paint all Anglo’s with the same brush. I’m a Comtois fan ! A vocal one too!