Les jeunes de l’Antichambre reçoivent des appuis de taille

Par Steve Sauvé
Les jeunes de l’Antichambre reçoivent des appuis de taille

La ressource jeunesse l’Antichambre 12-17 a reçu de la grande visite le mercredi 14 octobre. Juges, procureurs et avocats rattachés au palais de justice de Valleyfield ont visité l’organisme qui vient en aide aux adolescents.

La situation financière du service de première ligne d’intervention sociale et d’hébergement pour les jeunes âgés entre 12 et 17 ans est précaire. De son budget annuel de 260 000 $, seulement 22 000 $ sont récurrents.

«La visite a été organisée par Me Martin Pilotte, explique Katia Isabelle, directrice générale de l’Antichambre 12-17. Il voulait nous faire connaître auprès du système judiciaire afin que nous puissions être dans la liste des organismes bénéficiaires pour les amendes imposées par le tribunal.»

Recevoir une telle délégation peut être intimidante. «C’est évident que j’étais gênée, mais ce sont vraiment des gens remarquables, soutient Mme Isabelle. Nous avons discuté du fonctionnement de notre organisme et nous avons fait visiter les lieux. C’est touchant de voir autant de gens importants se déplacer. Ça prouve qu’ils croient en nous et envers les jeunes.»

Manque de financement

La ressource qui est continuellement à sa pleine capacité en matière d’hébergement reçoit annuellement 10 000 $ du Programme de soutien envers les organismes communautaires et 12 000 $ du Club Rotary.

«Dans le contexte actuel, c’est très difficile, de dire Mme Isabelle. Les députés essaient de faire bonifier notre financement, mais notre situation financière est à fleur de peau. Comme notre budget récurrent est bas, les donateurs reculent.»  

Cette situation constitue un cercle vicieux qui peut avoir des répercussions sur l’avenir de l’Antichambre 12-17. «Avec 100 000 $ de récurrence, ça serait beaucoup plus facile. Nous aurions une meilleure viabilité lorsque nous approcherions certains donateurs, confirme Katia Isabelle. Chaque année, nous devons trouver 235 000 $. Advenant que l’on soit dans l’obligation de fermer, il n’y a aucune autre ressource comme l’Antichambre. Les jeunes seront laissés à eux-mêmes.» 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des