Les candidats sortent les griffes

Les candidats sortent les griffes
Le débat électoral présenté au Collège de Valleyfield a donné lieu à de bons échanges mercredi à la salle Albert-Dumouchel. (Photo : (Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin))

C’est dans une ambiance cordiale mais avec des candidats d’attaque que s’est déroulé le débat électoral au Collège mercredi. Pour l’un, Marc Faubert, après avoir défendu les positions du Parti libéral, a attaqué la légitimité du Bloc québécois.

«On n’a pas besoin d’un parti qui veut la séparation et nous désunir, a lancé le candidat libéral lors de l’échange sur la réforme du scrutin.  Je suis tanné de ceux qui ne font que prendre le porte-voix et s’opposer. » Pour lui, ce n’est pas «le Bloc avec 10-12 députés qui peut faire avancer les choses. » L’homme d’affaires a expliqué qu’au sein de son entreprise, quand il voulait régler une situation, il assoyait les gens et trouvait un consensus. »

Claude DeBellefeuille, Bloc québécois

Claude DeBellefeuille, supportée par une question partisane, a pu donner son point de vue sur la présence du Bloc québécois à Ottawa. «Je suis pour un gouvernement minoritaire, soutient celle qui a été élue à deux reprises. Plus le gouvernement se fait chauffer les fesses par une opposition forte, plus il donne les meilleures positions pour l’ensemble des électeurs. »

 

 

Transports en région

L’exercice démocratique de mercredi qui se déroulait à la salle Albert-Dumouchel a réuni quatre candidats. Claude DeBellefeuille (Bloc québécois), Marc Faubert (Parti libéral du Canada), Joan Gottman (Nouveau parti démocratique) et Alain Savard (Parti populaire du Canada), ont répondu aux questions sur trois thèmes proposés par les étudiants du cours de Politique Canada-Québec de la classe de Daniel Gauthier.

Marc Faubert, Parti libéral du Canada

Le pipeline Trans Mountain, racheté par le gouvernement canadien l’an dernier, a fait l’objet de bons échanges. «On a déjà 15 ans de pétrole pris dans le sol du Canada, a noté Mme Gottman. On n’a pas besoin de plus pour faire une transition énergétique. » M. Faubert a indiqué que le projet permettait de soutenir l’économie albertaine, qui repose sur le sable bitumineux. Le candidat libéral a indiqué que son parti installerait des bornes électriques pour favoriser ces transports écologiques en plus d’ouvrir des discussions avec Via Rail pour augmenter le nombre d’arrêts à Les Coteaux.

Joan Gottman, Nouveau parti démocratique

 

Mmes DeBellefeuille et Gottman ont plaidé pour un meilleur financement d’Ottawa pour financer des flottes

d’autobus zéro émission ou maximiser les réseaux de transport en commun déjà actifs.

Pour M. Savard, les changements climatiques ne sont pas uniquement l’occasion de planter des arbres, mais le moment de développer des économies vertes.

 

 

Plus de logements abordables

Alain Savard, Parti populaire du Canada

L’autre thème abordé durant le débat a suscité également de bons échanges. Alain Savard se disait gêné par le taux d’endettement au Canada. Pour lui, le député fédéral devait travailler de concert avec les MRC et les villes pour amener des emplois. Ce à quoi, M. Faubert a utilisé un droit de parole supplémentaire pour rappeler que le Canada avait 11800 milliards de PIB, avec le ratio de la dette qui diminuait et le plus bas taux de chômage en 40 ans. «C’est une petite épingle dans une balle de foin», a-t-il rétorqué pour parler de la dette.

Dans un comté où l’on constate 32 % de pauvreté, les candidats ont proposé des solutions tangibles. L’ajout de logements abordables a été soulevé par les candidats. «Les gens peinent à payer leur loyer, a révélé Mme DeBellefeuille. Les libéraux ont donné un chèque aux familles, mais ont oublié de rehausser le programme. » Ce à quoi, son adversaire libéral s’est engagé à avoir une solide équipe communautaire pour gratter tout ce qui peut se donner au fédéral. Son parti propose aussi de rehausser l’allocation aux familles de 15 %.

Joan Gottman suggère pour sa part d’augmenter les services, notamment parce que «ça prend quelqu’un au téléphone» pour écouter et traiter les demandes des citoyens. Une taxe pour les plus riches permettrait d’engendrer 70 milliards $ à l’État qui pourrait s’en servir pour offrir les médicaments gratuits d’ici à 2030. Le NPD augmenterait aussi le salaire minimum à 15 $/heure.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
trackback

[…] L’énième débat dans la région a plutôt pris la forme d’une présentation alors que chaque candidat pouvait s’adresser aux dîneurs pendant près d’une dizaine de minutes. Les journalistes ont posé des questions sur les enjeux régionaux. Chacun a répondu à sa guise, sans vraiment débattre avec ses rivaux. […]