L’édifice Raphaël-Barrette sera libéré de son asphalte

Par Mario Pitre
L’édifice Raphaël-Barrette sera libéré de son asphalte
Ces espaces asphaltés seront remplacés par des végétaux à la suite de la journée de dépavage prévue le 4 mai à l’édifice Raphaël-Barrette. (Photo : Journal Saint-François Gracieuseté)

Plus de 200 mètres carrés d’asphalte non-utilisé seront retirés autour de l’édifice Raphaël-Barrette, le samedi 4 mai, dans le cadre d’une «journée de dépavage» organisée par le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie.
Une trentaine de bénévoles participeront à cette transformation qui donnera lieu, par la suite, à un aménagement de végétaux et d’infrastructures vertes.
Le projet baptisé Sous les pavés bénéficie d’un soutien important de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield. Il a également suscité la participation de citoyens et d’organismes tels que Bébé Layette, le Cercle de fermières de Notre-Dame-de-Bellerive, le Comité du patrimoine des anciens quartiers, le Comité ZIP Haut-Saint-Laurent, CRIVERT, les Incroyables comestibles du Suroît, de même que Pour un réseau actif dans nos quartiers (PRAQ) dans le but de concevoir des espaces à leur image et adapté à leurs besoins.


Selon le Conseil régional, ces activités viennent renforce le pouvoir d’agir des citoyens et des communautés pour s’adapter aux changements climatiques. En effet, l’intensité et la fréquence des événements météorologiques extrêmes sont augmentées par les changements climatiques. Ce phénomène, jumelé à l’imperméabilité des surfaces en ville, occasionne des coûts importants pour la collectivité, comme la contamination des eaux et les inondations. Il est donc pertinent de trouver des solutions créatives pour restaurer le cycle naturel de l’eau.
« Nous sommes très heureux de mener ce projet concerté avec des personnes si impliquées et motivées… on porte un regard différent sur nos milieux de vie et certains espaces qu’on ne voit plus parce qu’ils n’ont pas d’intérêt ou d’utilité pour nous», affirme Andréanne Paris, directrice générale du CRE Montérégie.
Marie-Lou Lacasse, technicienne en environnement et arboriculture à la Ville de Salaberry-de-Valleyfield ajoute «Ensemble, nous travaillerons à remplacer le gris par les couleurs inspirantes de la nature. Cet espace naturel sera peuplé d’arbres, d’arbustes, de plantes et de fleurs rustiques et indigènes du Québec. Nous avons imaginé et pensé longuement cet aménagement pour qu’il devienne un îlot de fraîcheur, de calme et de recueillement favorisant la biodiversité tout en nécessitant un minimum d’entretien. Nous espérons qu’il saura en inspirer d’autres».

(Journal Saint-François Gracieuseté)
Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Diane Poirier Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Diane Poirier
Guest
Diane Poirier

On a besoin de stationnement , avez-vous pensé au pollen des fleurs? Aux personnes qui sont allergiques!