Le port de Valleyfield, 3e plus achalandé au Canada

Par Denis Bourbonnais
Le port de Valleyfield, 3e plus achalandé au Canada
Un total de 137 navires de marchandise ont accosté au port de Valleyfield en 2018, soit 17 de plus que l’année précédente. (Photo : (Photo: gracieuseté) )

TRANSPORT MARITIME. Le port de Valleyfield est le 3e plus achalandé de la Voie maritime du Saint-Laurent en termes de chargements entrants et ce, parmi les 25 principales installations portuaires au Canada.

Le dernier rapport publié par la Société de gestion de la Voie maritime en lien avec le trafic de navigation révèle que le port campivallensien a accueilli 137 navires de marchandise en 2018. Seuls les ports de Hamilton, avec 602 chargements, et Québec (176) ont reçu un plus grand nombre de cargos au cours de la dernière année dans le corridor navigable qui permet aux bateaux en provenance de l’Océan Atlantique d’atteindre les Grands Lacs à l’intérieur des terres.

Il s’agit d’une augmentation de 14,1% des visites comparativement à 2017 alors que les équipages de 120 navires avaient déchargé leurs matières à Salaberry-de-Valleyfield. Quant au nombre de chargements sortants, un total de 71 cargaisons ont été dirigées vers d’autres ports de la Voie maritime, soit 9 de plus que l’année précédente.

Le volume de matières transitées au port de Valleyfield l’an dernier est toutefois inférieur à celui de 2017. Des cargaisons totalisant 580 203 tonnes de produits ont été manipulées au port municipal l’an passé alors que la quantité de matières traitées s’est élevée à 613 819 tonnes en 2017.

Des cargaisons contenant 392 099 tonnes de produits sont entrées au port en 2018 et 188 104 tonnes de marchandises ont été expédiées vers d’autres cieux. En 2017, on parle de 463 494 tonnes à l’arrivée et de 150 325 tonnes destinées à d’autres infrastructures portuaires du réseau maritime.

La tendance favorise par ailleurs le transport maritime par conteneurs dont le volume est passé de 28 915 tonnes de matières à 38 398 tonnes en 2018. Les cargaisons générales ont diminué légèrement, comptant pour 38 423 tonnes comparativement à 40 708 tonnes en 2017. Le vrac demeure quand même la majeure partie du volume au «plus grand petit port au Canada» avec 503 382 tonnes de matières en 2018, ce qui constitue une baisse par rapport à l’année précédente (553 202 tonnes).

Hausse du tonnage dans la Voie maritime

Pour ce qui est de l’ensemble de la Voie maritime du Saint-Laurent, le trafic de navigation a connu une hausse de 7,1% avec le transport par bateau de 41 011 056 tonnes de marchandises. Le nombre de navires (4389) a augmenté de 6,3% dans la voie navigable et les revenus de 78 090 823 millions $ constituent une progression de 3,2%.

Le bilan de la Voie maritime du Saint-Laurent pour l’année 2018 révèle que le trafic de navigation a augmenté de 7,1% avec le transport de 40 011 056 tonnes de marchandises. (Photo d’archives – Pierre Langevin)

Les principales marchandises acheminées par navire sont les produits miniers (17 018 767 tonnes, -1,2%), les céréales (12 297 374 tonnes, +20,9%), les produits transformés (11 687 805 tonnes, +7,4%), les produits forestiers (8 604 302 tonnes, +28,5%), les dérivés du pétrole (3 210 848 tonnes, +17,1%), ainsi que fer et acier (2 225 195 tonnes, -8,8%). Enfin, l’éclusage des bateaux de plaisance a diminué légèrement (2,6%) avec le passage de 13 876 embarcations.

La saison de navigation a duré 276 jours en 2018 alors que la fermeture a été possible le 31 décembre. En 2017, il a fallu attendre au 11 janvier de l’année suivante pour mettre un terme à une saison de 298 jours en raison d’une prise des glaces plus hâtive.

Le «plus grand petit port au Canada» a été le 3e plus achalandé pour le nombre de chargements entrants sur les 25 principales installations portuaires au pays.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des