Le jeu libre dans la rue est encouragé

(Y.M.)
Le jeu libre dans la rue est encouragé
Coloriage, marelle, partie de hockey, la rue sera accessible à plusieurs endroits dans Salaberry-de-Valleyfield. (Photo : Gracieuseté)

À l’aube de l’arrivée de la belle saison, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield lance le projet « Dans ma rue, on joue ! ».

Parties de hockey sur rue, joutes de basketball en famille, balades à trottinette, jeux de marelle entre amis : la Ville encourage petits et grands à s’amuser sécuritairement. Le tout, dans les rues résidentielles autorisées.

Pour qu’une rue puisse être identifiée « Dans ma rue, on joue ! », les personnes intéressées doivent vérifier l’admissibilité de leur rue via un formulaire sur le site Web de la Ville. Le comité de circulation effectuera une première analyse, afin de déterminer si la rue demandée est recevable ou non. À la suite de cette étape, pour les rues recevables, les personnes intéressées doivent obtenir l’adhésion de leur voisinage. Pour qu’une rue puisse être autorisée, le demandeur doit obtenir l’accord, par signatures, de 60 % des personnes résidant sur le tronçon de rue visé. Une fois la rue autorisée par ce processus de validation (communautaire et municipal), les citoyens de cette rue bénéficieront d’un panneau de signalisation indiquant « Ralentissez – jeux libres autorisés ».

Un projet bénéfique

Saines habitudes de vie, augmentation du sentiment de sécurité dans les rues, participation citoyenne et vie de quartier : le projet « Dans ma rue, on joue ! » regroupe de nombreux avantages. « La réglementation municipale devait être adaptée pour initier ce projet, explique le maire de la Ville, Miguel Lemieux. Les élus étaient toutefois unanimes et enthousiastes à l’idée d’encourager le jeu libre dans les rues sur lesquelles il est sécuritaire de le faire. Nous installerons donc sur ces rues, recommandées par les citoyens, des panneaux qui permettront de signifier aux automobilistes la présence possible de jeunes et, par le fait même, d’accroître leur niveau de vigilance. »

Critères de sécurité

De même, avant d’obtenir une autorisation, chaque rue proposée devra être analysée, au regard de certains critères. La demande doit provenir d’un résident habitant sur le tronçon demandé, il doit s’agir d’une rue à caractère local (ni collectrice, ni artère, ni boulevard), l’absence de courbe et d’un bon dégagement visuel pour les automobilistes doit être noté, le secteur doit être résidentiel (non commercial), de faible densité de circulation et disposer d’un éclairage conforme, notamment.

Il est possible qu’une visite d’inspection soit effectuée par un représentant de la Ville pour valider ces critères. Le processus de validation pourrait varier de 30 à 60 jours, considérant le processus interne d’analyse pour l’acceptation ou le refus des rues.

Historique

Ainsi, le projet a été initié par la Ville de Belœil, en 2016. Depuis ce temps, plusieurs municipalités se sont inspirées de cette démarche. La Ville de Salaberry-de-Valleyfield se joint fièrement à cette initiative valorisant la mobilisation citoyenne. Il s’agit d’ailleurs d’un projet rattaché au mouvement Voisins solidaires, déployé par la Politique de développement social et identifié à la Planification stratégique 2021-2026.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Normand Lalonde Policier retraité
Normand Lalonde Policier retraité
5 jours

Je me souviens du temps où je demeurais sur le Boul.Quevillon et que la rue Victoria ne se rendait pas jusque là » Mes frères et moi jouions au hockey bottine avec les Marcils les Thivierges et autre . Je me souviens aussi d’une journée où il avait grêlé et que la rue était comme une patinoire et nous avions chaussé nos patins . Quel plaisir que de jouer dans la rue quand cela est fait de façon sécuritaire