Lafrenière se concentre sur son combat du 20 octobre

Lafrenière se concentre sur son combat du 20 octobre

Francis Lafrenière dit qu’il devra mieux gérer ses combats pour ne pas tomber dans les pièges de ses rivaux et voir les verdicts être prononcés en sa défaveur.

Crédit photo : Photo Journal Saint-François - Archives

Alors qu’il s’apprête à livrer son premier affrontement depuis le 15 mars, son second en 15 mois, le pugiliste de Coteau-du-Lac, Francis Lafrenière affirme ne pas pouvoir perdre ce combat.  

« Je ne peux me le permettre. Je veux montrer aux gens que je n’ai pas ralenti. Je le fais pour moi aussi, pour montrer que je suis capable et qu’il me reste beaucoup de boxe », lance le champion boxeur qui à l’aube de ses 30 ans estime avoir encore au moins cinq années de carrière dans le ring.

« Je suis en camp d’entraînement depuis octobre 2017. Des combats ont été repoussés, annulés. Ça fait un camp beaucoup trop long avec deux entraînements par jour. Cette fois, je me prépare pour le combat du 20 octobre, et après je verrai », explique Francis Lafrenière.

 Un rival expérimenté

C’est le 20 octobre, en après-midi, au Casino de Montréal que Lafrenière sera en finale de la carte, devant un adversaire possédant une longue feuille de route. Le Brésilien Samir dos Santos Barbosa a livré 54 combats en carrière. Il a 37 victoires, dont 26 par K.-O. « Il a plus de K.-O. que j’ai de combats professionnels avec 24. C’est un vétéran, il a affronté de gros gars. Ce n’est pas un pied de céleri, même s’il n’a pas l’air super vite. Il a une belle expérience », évalue le People’s Champ qui entend se préparer à sa manière. « Les frères Grant, mes entraîneurs, insistaient beaucoup sur certains aspects de ma préparation avec lesquels je n’adhérais pas. Maintenant, ils me laissent plus de latitude et je m’amuse. Je vais bien faire, je suis persuadé », dit Lafrenière qui aura quand même un nouveau combat le 24 novembre, 34 jours après cet affrontement. « J’ai eu deux combats en 15 mois et là, j’en ai deux en 34 jours. Mais je me préparer pour le 20 octobre. Après je verrai. Il y a déjà des noms de sortis pour novembre, mais je ne veux rien savoir de mon promoteur. J’ai dit que le plus important, c’est celui du 20, et après, nous verrons », insiste Lafrenière qui entend également prendre une pause avant d’amorcer 2019 encore plus fort.

Un avenir en préparation

Lafrenière ignore ce qui l’attend dans la prochaine année. Il sait toutefois qu’il veut aller de l’avant et empocher d’autres bourses importantes. « J’ai ma famille dont je dois m’occuper. Aussi bien que chaque combat puisse me permettre d’empocher de l’argent. Je ne le fais pas pour ça, j’aime les cris de la foule qui m’encourage, le sentiment d’être dans le ring, de gagner. Mais j’ai une famille à faire vivre », relate Lafrenière dont le Club de boxe situé à Saint-Clet roule à plein régime. « C’est certain que j’ai des semaines occupées. Je donne des cours, je fais de la paperasse, des ressources humaines, de la comptabilité. Mais je ne peux me permettre de laisser mes combats de côté. Je dois trouver un juste milieu et c’est en faisant 70 heures par semaine que j’y arrive. Je ne me plains pas, parce que j’aime ce que je fais. Mais j’aimerais mettre la main sur quelques bourses imposantes pour mieux respirer », affirme celui qui se battra à 163 livres après avoir atteint 192 livres cet été, pour une première fois dans sa vie. « J’ai eu mon mariage, ma lune de miel. J’ai vécu un beau moment avec ma femme, ma famille, mais maintenant je suis de retour en gymnase, la perte de poids va bien et j’ai hâte au 20 octobre », conclut, le feu dans les yeux, Lafrenière qu’il vaudrait mieux ne pas avoir sur son chemin samedi prochain au Casino de Montréal.

Poster un Commentaire

avatar