La rivière Trout River s’invite dans les rues

Par Steve Sauvé
La rivière Trout River s’invite dans les rues
Situation courante dans la MRC du Haut-Saint-Laurent. La rivière Trout River laisse sa trace.

La rivière Trout River se fait capricieuse dans la municipalité de Godmanchester près de Huntingdon. Le jeudi 25 février, la quantité de pluie reçue ainsi que la hausse du mercure ont fait en sorte que la rivière est sortie de son lit.

La formation d’embâcles est chose courante dans ce secteur du Haut-Saint-Laurent lors de l’arrivée du printemps. On parle alors de crue printanière. Nuance importante, cette fois, la région a plutôt affaire avec une crue hivernale, selon le directeur des opérations chez Hydro Météo, Pierre Corbin.

M. Corbin explique qu’il  faut faire la différence entre les deux situations. «Comme il n’y a pas beaucoup de neige, la pluie reçue n’a pas été absorbée. L’eau s’est donc retrouvée dans la rivière et on connaît la suite. Or, il ne faut pas que les gens croient que l’hiver est terminé pour autant», fait savoir M. Corbin.

Lorsqu’il est question de crue hivernale, la situation se résorbe facilement lorsque le mercure chute puisque la fonte de la neige cesse. Cependant, le Haut-Saint-Laurent sera épargné pour autant par la crue printanière. «Plus il y a de la neige l’hiver et plus le risque que la rivière sorte de son lit est élevé au printemps. La crue printanière a lieu de la mi-mars jusqu’au début avril. Il y a alors formation d’embâcles sur la rivière Châteauguay et le risque qu’elle sorte de son lit est alors élevé», fait savoir M. Corbin. 

Chaque printemps, les citoyens de la municipalité de Huntingdon sont sur le qui vivent. Il n’est pas rare que la rivière Châteauguay s’invite dans les sous-sols des résidences de l’endroit. Cependant, les Huntingdonnais semblent ne plus s’en faire de la situation.

«C’est le monde de la ville à qui ça fait peur parce qu’ils voient cela à la télé. Nous, on est habitué à la rivière. Nous la voyons chaque jour. Quand elle déborde, elle déborde. Il n’y a rien à faire. C’est comme ça», mentionne Jean-Denis Leblanc, résident et commerçant d’Huntingdon.

Comment se forme un embâcle

Lors d’un redoux durant l’hiver ou à la période de fonte au printemps, une partie de la glace fond et laisse des espaces libres dans un cours d’eau autrement recouvert. La pression de l’eau de la rivière brise alors la glace.

Les blocs de glace sont emportés par le courant et peuvent s’agglomérer ensuite dans un rétrécissement de la rivière ou sur un obstacle comme les piliers d’un pont. Une fois que l’amoncellement est consolidé, l’eau s’accumule derrière ce barrage improvisé ce qui peut mener à l’inondation des rives.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des