Actualités
Environnement

La réfection des berges de la baie Saint-François pourra débuter en septembre

le mercredi 12 juin 2024
Modifié à 8 h 41 min le 12 juin 2024
Par Mario Pitre

mpitre@gravitemedia.com

Le projet de réfection des berges pourra finalement aller de l’avant à compter de septembre. (Photo Journal Saint-François - Archives)

En attente de diverses autorisations depuis près d’une dizaine d’années, le projet de réfection des berges de la baie Saint-François pourra débuter en septembre prochain au coût de 18,3 M$.

En assemblée régulière le mardi 11 juin, le conseil municipal a octroyé le contrat de ces travaux majeurs à l’entreprise Pronex Excavation, le plus bas des cinq soumissionnaires en liste pour ces travaux.

Les élus, à commencer par le maire Miguel Lemieux, ont démontré leur satisfaction à la lumière des travaux qui pourront finalement être entrepris après des années d’attente.

Les autorisations récentes obtenues du ministère de l’Environnement permettront la réalisation de ceux-ci sur tous les sites prévus sur le pourtour de la baie, à l’exception du quai fédéral du parc Sauvé, des berges de la marina, de même que la descente à bateau du parc Marcil.

Ces travaux verront la consolidation des berges de la baie déjà affectés par les effets de l’érosion, autour de divers projets riverains, notamment le long du parc Sauvé (incluant la réfection de la piste cyclable), à la Pointe-aux-Anglais, au parc Cauchon et sur la rive du quartier Bellerive. 

Les travaux de cette première phase se poursuivront au moins jusqu’en 2025. Ils donneront lieu à des mesures de compensation environnementales comme la création de récifs artificiels pour les poissons dans le lac Saint-François, dans le secteur de Saint-Zotique.
Notons que la Ville est toujours en attente d’autorisations pour son projet de réaménagement du parc Marcil.

Projet sans subvention

Notons que la facture de 18,3 M$ reliée à ces travaux sera entièrement à la charge des contribuables campivallensiens puisque la Ville ne bénéficie d’aucune subvention du gouvernement pour leur réalisation. Une situation qu’a déplorée le conseiller du district Saint-Timothée, Normand Amesse.

Le programme mis en place par le ministère de l’Environnement s’attarde plus particulièrement aux berges des grands secteurs côtiers de l’est de la province, a-t-il laissé entendre.

M. Amesse a dit croire qu’il s’agissait du plus important contrat accordé par la Ville depuis les 20 dernières années. Néanmoins, le maire Miguel Lemieux s’est réjoui de la situation financière avantageuse que connaît la Ville afin de pouvoir assumer cette dépense.

Notons que deux autres contrats reliés à ce projet ont aussi été accordés au Laboratoire GS (307 000 $) pour le contrôle qualitatif des travaux et à l'entreprise Shellex (1,44 M$) pour des services de surveillance des travaux. 

Dernières nouvelles