La fumée cause des dommages collatéraux

Par Yanick Michaud
La fumée cause des dommages collatéraux
L'élément destructeur aurait pris naissance à proximité du Bar le Luxembourg et l'eau, la fumée et les flammes ont visé large pour provoquer des dommages collatéraux. (Photo : Photo Journal Saint-François - Yanick Michaud)

Selon les premières constatations, l’incendie qui aurait ravagé une grande partie des commerces et logements de la rue Nicholson lundi matin à Valleyfield aurait pris naissance à proximité du bar le Luxembourg.

Il se serait étendu jusqu’à proximité de la Chopinerie située au 64, Nicholson. À un certain moment, les pompiers ont décidé d’utiliser une pelle mécanique pour mettre à terre les bâtiments afin de faire cesser la progression du feu. « Actuellement, la pelle est rendue au bâtiment voisin de ma propriété. Et évidemment, je n’ai pas accès à celle-ci pour constater l’ampleur des dégâts. Je ne sais pas s’il y a beaucoup de fumée. Si l’eau a endommagé les équipements de musique. J’avais le buffet pour notre célébration du 31. Mais à date, on ne sait toujours pas si ça pourra avoir lieu », explique Maryse, la propriétaire du Luxembourg. Elle voulait accueillir une vaste clientèle pour amorcer 2020. Cependant la fin de 2019 a pris une tournure tout autre.

Fumée incendie Luxembourg
La pelle mécanique s’affairant à abattre les bâtiments afin d’aider à circonscrire le feu qui rageait depuis de nombreuses heures. (Yanick Michaud)

Des dommages collatéraux

De nombreux commerces ont également été touchés, ceux-ci par les flammes. Voyage Vasco Valleyfield fait partie des malchanceux. « C’est boucané un peu. À un moment j’avais la gorge qui piquait et je suis quand même loin. Mais je ne sais pas ce qui va arriver avec mes ensembles de valises, mes sacs à main, mes sacs à dos. J’ai près de 10 000 $ de marchandise. Ce sera à évaluer. Et dépendant de l’état, il faudra réclamer des assurances », lance Sylvain Theroux, propriétaire.

Sans compter qu’il dit perdre au moins deux ou trois ventes dans la journée. Ce temps de l’année est bon pour les agences de voyages. « Nous n’avions plus d’internet, d’électricité. Rien pour fonctionner. On va voir mardi, mais on espère que ça pourra reprendre rapidement », dit celui qui se console en se comparant. « On a des assurances. Mais des locataires, eux n’en avaient pas. C’est épouvantable », affirme-t-il.

Quant à son voisin, les confiseries Clémex, Claude Lemieux raconte que dans l’alimentation, l’odeur de fumée n’est pas nécessairement la bienvenue. « J’ai appelé le MAPAQ et tout ce qui est en vrac devra être mis à la poubelle. Mais aussi tout ce qui ouvert, non scellé. Le chocolat par exemple. Les bonbons en papillote. Nous attendons de voir la suite, mais il faudra faire un grand nettoyage pour enlever l’odeur et la fumée », déplore le commerçant.

De la fumée sur un large périmètre

À un certain moment, l’épais panache de fumée s’étendait sur des centaines de mètres. Les étudiants qui habitent dans les résidences du Collège de Valleyfield devront faire ventiler leurs avoirs au retour des Fêtes. Le Pub-Café La Maîtresse se situait également dans le corridor de vent qui traînait la fumée opaque.

Fumée incendie Luxembourg
La fumée s’étendait sur des centaines de mètres et les commerces, logements et résidences des environs auront fort à faire pour éliminer l’odeur de fumée. (Yanick Michaud)

D’ailleurs, le vent a donné du fil à retordre aux pompiers qui ont eu du mal à circonscrire l’élément destructeur.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des