La famille Gosselin nostalgique

Par Denis Bourbonnais
La famille Gosselin nostalgique
En avant-plan

C’est avec beaucoup de nostalgie et un brin de tristesse que les membres de la famille Gosselin ont appris la fermeture de la quincaillerie «Home Hardware» située sur la rue Ellen à Salaberry-de-Valleyfield.

La vente du commerce à l’un des gros joueurs dans le domaine de la construction/rénovation au Québec, «Patrick Morin» signifie la fin d’une époque. Le week-end dernier, la dernière quincaillerie de quartier en service sur le territoire campivallensien a officiellement fermé ses portes. Pour les enfants de Joseph Sylvio (J.S.) Gosselin, Rita, Gilles et Silvie, c’est un pan de l’histoire familiale qui s’éteint.

Même si le paternel a vendu la quincaillerie en 1974 après avoir opéré l’entreprise pendant plus d’un quart de siècle, c’est avec un pincement au cœur que sa progéniture a appris la nouvelle. «Un page est tournée et on doit passer à autre chose mais c’est certain que ça me fait de quoi. J’ai travaillé pour mon père dès l’âge de 12-13 ans, au milieu des années ’60. J’ai reçu ma première paye à la quincaillerie. Je gagnais 0,25 $ l’heure, 10 $ pour une semaine de 40 heures», a indiqué Gilles Gosselin, fils de feu J.S. Gosselin.

En soirée, le fils déchargeait le bois des wagons en compagnie de Raymond Vernier et de Maurice Blais. «On pilait des 2 X 12 et des 2 X 10», se souvient-il. «Le bois arrivait en train du lac Saint-Jean. C’était du bois de charpente, le plus beau bois», de relater M. Gosselin.

Accompagné lors de l’entrevue par sa sœur Rita, l’homme de 61 ans a raconté que son père avait d’abord possédé un clos de bois sur la rue Ellen à partir de l’année 1948. «C’était de l’autre côté de la rue avant la voie ferrée», mentionne-t-il. En 1955, la quincaillerie a vu le jour au 118 de la rue Ellen, à l’emplacement qui a accueilli une fidèle clientèle pendant plus de 60 ans sous la bannière J.S. Gosselin ainsi que celles de «Bocan» et de «Home Hardware».

«Mon père m’a montré c’est quoi la construction. Il était assez sévère et il voyait à ses affaires. Son clos de bois était reconnu dans la région», devait signifier Gilles Gosselin à propos du paternel, qui est décédé en 2010 à l’âge de 95 ans.

Rita Gosselin, fille aînée de la famille et mariée à Andrée Simard, a travaillé un été à la quincaillerie. «Je m’occupais des comptes. J’ai passé également deux années à l’emploi de mon père à la plage du Camping Bouleau Blanc à Saint-Zotique», de signaler l’enseignante à la retraite âgée de 71 ans. Gilles, quant à lui, était chargé de la «plate» à hot dogs et de la location des pédalos au camping.

Après avoir vendu sa quincaillerie, Joseph Sylvio Gosselin s’est trouvé une seconde vocation dans l’immobilier. Il a par ailleurs siégé pendant une cinquantaine d’années au conseil d’administration de la Caisse Desjardins Notre-Dame de Bellerive.

«Ça fait drôle de voir la quincaillerie fermée»,  devait admettre Rita Gosselin. La dernière commande de bois a été livrée le samedi 27 février chez Home Hardware Valleyfield et une dizaine de personnes ont perdu leur emploi.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des