La collecte des matières organiques bientôt à nos portes

Par Denis Bourbonnais
La collecte des matières organiques bientôt à nos portes
La préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry et mairesse de Sainte-Martine, Maude Laberge a annoncé l’implantation du bac brun à compter du 30 septembre prochain en présence de Patrice Lemieux, coordonnateur Environnement et gestion des matières résiduelles à la MRC, Miguel Lemieux, maire de Salaberry-de-Valleyfield, et Mélanie Scraire, présidente du Comité régional de la gestion des matières résiduelles et de l'environnement à la MRC. (Photo : (Photo: Le Journal))

ENVIRONNEMENT.  Dans un peu plus de 4 mois, le 30 septembre, la collecte du bac brun pour le traitement et la valorisation des matières organiques sera en vigueur sur l’ensemble du territoire de la MRC de Beauharnois-Salaberry.

Entre le 12 août et le 20 septembre prochain, plus de 23 000 bacs bruns de 240 litres seront distribués porte-à-porte auprès de la totalité des unités d’occupation dans les 7 municipalités de la MRC. Des contenants de 45 litres seront disponibles pour les commerces au centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield.

A la livraison, le bac brun contiendra à l’intérieur un bac de cuisine servant à recueillir les résidus alimentaires, ainsi qu’un guide pratique et un aide-mémoire. Cette distribution à grande échelle de bacs bruns s’ajoutera à près de 1500 ménages qui pratiquent déjà la récupération des résidus alimentaires et des résidus verts dans le cadre des projets-pilotes mis en branle depuis 2016 à Salaberry-de-Valleyfield (1000 portes), Sainte-Martine (250) et Saint-Louis-de-Gonzague (150).

«Nous vivons aujourd’hui un grand moment. On se prépare en tant que collectivité à l’arrivée du bac brun, qui constitue une nouvelle étape logique et nécessaire dans la gestion de nos matières résiduelles», se réjouit la préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry, Maude Laberge.

Prenant la parole lors d’une conférence de presse tenue jeudi matin au Parc régional des Iles-de-Saint-Timothée, la mairesse de Sainte-Martine a insisté sur l’importance d’adhérer à cette pratique déjà implantée dans 400 municipalités à l’échelle du Québec. «Cette nouvelle collecte était attendue par les citoyens et répondra à des impératifs environnementaux», a rappelé Mme Laberge.

En plus de diminuer l’émission de gaz à effet de serre, la collecte du bac brun permettra de réduire de moitié le poids de nos déchets, estimé annuellement à 800 kg par ménage sur le territoire de la MRC. «C’est pour le bien de la planète. La poubelle sera au régime. La majorité des résidus que l’on y dépose est compostable», de signifier la préfète.

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux parle d’un outil pour faire une différence afin de réduire l’impact collectif sur l’environnement mais aussi pour faire chuter les coûts d’exploitation. «C’est 85 $ la tonne de déchets comparativement à 58 $ la tonne pour le bac brun», mentionne-t-il.

La distribution porte-à-porte du bac brun se traduira par une ponction moyenne annuelle de 43 $ sur le compte de taxes des résidents de la MRC. Toutefois, la réduction des déchets destinés au bac noir fera en sorte de baisser la facture globale liée à la gestion des matières résiduelles.

Les élus présents à la conférence de presse, Maude Laberge (Sainte-Martine), Yves Daoust (Saint-Louis-de-Gonzague), Miguel Lemieux (Salaberry-de-Valleyfield), Gaétan Ménard (Saint-Etienne) et Roxanne Poissant (Beauharnois), ont posé avec Patrice Lemieux et Mélanie Scraire, de la MRC. (Photo: le Journal)
Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Christiane JoubarneMichel Meloche Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Michel Meloche
Guest
Michel Meloche

Bonne idée. Oui nous devons en faire plus pour l’avenir des générations qui vont suivre.

Christiane Joubarne
Guest
Christiane Joubarne

Excellent, car nous faisons notre compostage depuis plusieurs années mais malheureusement il y a aura beaucoup d’éducation et de sensibilisation à faire au niveau de la population de Valleyfield. Encore beaucoup trop de cochonneries qui trainent en bordure des rues. Christiane