Actualités

Jean-François Gagnon: "La communauté a toujours été importante pour moi "

jeudi le 27 mai 2021
Modifié à 17 h 18 min le 31 mai 2021
Par Mario Pitre

Depuis son arrivée à l’usine CEZinc de Salaberry-de-Valleyfield en 2003, Jean-François Gagnon s’est rapidement intégré à sa communauté d’accueil. Dix-huit ans plus tard, c’est un vrai Campivallensien qui a piloté la mise en place de la clinique de vaccination en entreprise au Centre Nouvel-Envol.

La vie communautaire a toujours occupé une place de choix pour ce natif de Chicoutimi. Diplômé en relations industrielles de l’Université du Québec en Outaouais, Jean-François Gagnon a œuvré au sein de diverses entreprises métallurgiques, à Sept-Iles et Asbestos, avant de choisir de s’établir à Salaberry-de-Valleyfield.

« À la fermeture de l’usine Magnolia à Asbestos, j’avais le choix d’aller en Abitibi, à Montréal-Est ou à Valleyfield. Mais ce qui m’a attiré ici c’est le climat, le golf et le curling », raconte celui qui a appris à manier la pierre et le balai sur la Côte-Nord.

Depuis, CEZinc l’a nommé directeur des ressources humaines en 2004, il a rencontré sa conjointe Louise et a été impliqué dans de nombreuses causes et organismes : Fondation de l’Hôpital, Comité Mixte Municipal-Industrie (CMMI), Accès-Entreprises Beauharnois-Salaberry, président de la Caisse Desjardins de Salaberry-de-Valleyfield, de même que du Club de golf de Valleyfield depuis trois ans.

« Ce sont toutes des implications que j’ai réalisées en travail d’équipe, c’est pourquoi tous ceux qui m’ont entouré dans ces projets méritent d’être mentionnés également », dit-il avec humilité.

Le défi de la vaccination

La mise sur pied de la clinique de vaccination en entreprise a débuté par une simple demande de CEZinc au gouvernement du Québec afin de pouvoir vacciner ses propres employés.

Mais contre toute attente, raconte Jean-François Gagnon, la réponse est arrivée avec un mandat de participer à un grand exercice de vaccination en entreprise, question d’atteindre des gens ayant un horaire particulier. Ce défi était lancé du même coup à une cinquantaine d’entreprises québécoises et ce, à leurs frais, avec du personnel hors-réseau et leurs propres locaux.

CEZinc et Glencore lui ont confié ce mandat. « J’ai été un peu naïf là-dedans », constate-t-il après coup, car ce mandat s’est avéré un défi colossal.

Heureusement, Jean-François Gagnon a encore su s’entourer des forces vives de la communauté, avec la collaboration du Collège de Valleyfield et du Centre de services scolaires, pour monter une offre de vaccination complémentaire à celle du réseau de la santé.

Une offre à laquelle ont également contribué généreusement des dizaines d’entreprises de la région au montant de quelque 100 000 $.