Huntingdon réglera son problème de mauvaises odeurs

Huntingdon réglera son problème de mauvaises odeurs
(Photo : Pixabay)

Huntingdon pourra aller de l’avant dans son projet de recyclage par épandage agricole des biosolides municipaux en provenance de sa station d’épuration. La municipalité est soulagée de pouvoir enfin régler le problème de mauvaises odeurs.

La demande déposée au ministère de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques déposée en juin 2019 a été autorisée le 29 avril. Huntingdon procédera ainsi à ses travaux de vidange des boues municipales de l’étang no 1 de la station d’épuration des eaux usées au mois d’août.

«L’ampleur d’un tel dossier aura demandé beaucoup de travail et de coordination entre les différentes intervenants, a indiqué le maire André Brunette. Mais le conseil municipal est heureux d’avoir privilégié l’enjeu environnemental, car le recyclage des matières résiduelles fertilisantes (MRF), en plus de contribuer à l’enrichissement des sols par un retour des éléments minéraux et organiques, offre l’avantage de limiter le gaspillage des ressources ainsi que le recours à l’enfouissement ou à l’incinération des matières permettant ainsi l’émission de gaz à effet de serre. »

Huntingdon parle d’un travail colossal des agronomes de la firme Solinov dans l’élaboration d’un plan agroenvironnemental de recyclage fondé sur une caractérisation des MRF à recycler ainsi que des sols récepteurs. L’énorme quantité à traiter aura représenter un défi. Mario Henderson de Agobiosol et Mario Legault des Fermes Lebec ont aussi collaboré étroitement au projet.

Les travaux de pompage et de déshydratation seront réalisés par la firme Revolution Environnemental Solutions LP (Terapure). Celle-ci dispose de l’expertise et des ressources nécessaires pour la gestion des biosolides municipaux. Les travaux devraient durer 30 jours à raison de 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Ceux-ci n’auront aucun impact sur les activités de traitement des eaux.

Le coût des travaux est estimé à 928 330 $. Huntingdon a adopté le 1er juin, un règlement d’emprunt d’un montant de 750 000 $. La somme de 178 330 $ en provenance des surplus accumulé sera affectée pour acquitter le reste de la facture.

Pour rembourser les intérêts et en capital de l’emprunt, la Ville imposera, annuellement durant le terme de l’emprunt établi à 9 ans, une compensation pour chaque immeuble imposable de son territoire. Le montant de cette compensation est évalué à 60 $ par unité de logement et de locaux.

«Nous tenons à remercier la population qui nous a appuyés dans cette démarche, a conclu André Brunette. Les citoyens de notre municipalité ont parfaitement compris les difficultés financières qu’organisationnelles de ce dossier. Il est important pour une administration municipale faisant face à des réalités complexes de bien cerner les enjeux afin de poser les actions appropriées. Il est vrai que le monde sera toujours peuplé de « gérants d’estrade » qui eux détiennent la vérité et savent ce qu’il faut faire, et ce, souvent mieux que les spécialistes. Parfois, il faut éviter de sombrer dans les solutions simplistes ou, encore, de critiquer sans savoir de quoi il en retourne. »

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des